fbpx

Un capteur 2 en 1 pour mesurer la glycémie et les cétones

Depuis quelques années, la révolution technologique et numérique de la santé est lancée. Celle-ci s’observe notamment avec les téléphones intelligents qui, en plus de combiner puissance informatique et connexion à internet, possèdent des fonctionnalités permettant d’obtenir des données pertinentes pour la santé (p. ex. podomètre, fréquence cardiaque) et des milliers d’applications de santé. 

Cette révolution s’observe également dans l’offre de technologie qui entoure la gestion du diabète de type 1 (DT1). De nouvelles versions de pompe à insuline telles que les systèmes de boucle fermée hybrides aussi appelés pancréas artificiels ou de lecteur de la glycémie en continu (Freestyle Libre, Dexcom, Guardian), ne cessent d’être développés afin d’améliorer les résultats (p. ex. précision), la simplicité d’utilisation ou encore la qualité de vie des personnes qui les utilisent. 

D’autres technologies sont également au stade avancé de leur développement (p. ex. pompes à insuline avec deux hormones (insuline et glucagon), lecteurs de la glycémie en continu implantables pour plusieurs mois). Parmi ces technologies, les appareils permettant de mesurer les cétones en continu sont également en développement depuis plusieurs années. 

Mesurer les cétones en continu

Habituellement mesurées par un appareil dont le fonctionnement s’apparente à celui des lecteurs de la glycémie capillaire (au bout du doigt) ou à l’aide de bandelettes urinaires, les cétones doivent être détectées rapidement afin d’éviter la survenue de l’une des complications majeure de l’hyperglycémie: l’acidocétose diabétique. 

L’acidocétose témoigne d’un manque important d’insuline. Elle se produit en cas d’ hyperglycémie importante avec un risque de déshydratation, entraînant l’organisme à utiliser exclusivement les graisses comme source d’énergie, et provoquant alors la production de corps cétoniques qui acidifient le sang. C’est une situation d’urgence qui peut mener à un coma, potentiellement mortel, si elle n’est pas traitée rapidement. Il est important de noter qu’en cas de jeûne ou d’alimentation avec des apports très faibles en glucides, une petite quantité de corps cétoniques peut être présente dans le sang. Jusqu’à un certain seuil la présence de corps cétoniques n’est pas dangereuse pour l’organisme.

Actuellement, les personnes qui vivent avec le DT1 doivent prélever une goutte de sang au bout du doigt (ou utiliser une bandelette urinaire) pour obtenir la mesure de leurs cétones lorsque, par exemple, la glycémie reste élevée malgré l’administration d’insuline, ou encore, lorsqu’elle est associée à des symptômes tels que des nausées ou des vomissements. Malgré l’importance de mesurer les cétones, de nombreuses personnes vivant avec le DT1 ne le font pas en raison du coût, de la contrainte que cela représente, et parfois par manque de connaissances.

Pourtant, la présence de corps cétoniques à un niveau élevé indique un risque significatif pour la santé et le résultat obtenu permet à la personne de déterminer quelle stratégie appliquer, selon qu’elle utilise des stylos ou seringues (voir la stratégie), ou une pompe (voir la stratégie) pour administrer l’insuline.

En 2021, une étude avait présenté les résultats prometteurs d’un nouveau capteur de cétone en continu, qui permettrait de suivre le taux de cétone et son évolution en tout temps. Cette technologie mesure les cétones dans le liquide interstitiel à l’aide d’un capteur qui peut être porté pour une durée de 14 jours, similaire aux lecteurs de la glycémie en continu (p. ex. Freestyle Libre, Dexcom). 

Cependant, certaines personnes qui vivent avec le DT1 portent déjà un lecteur de la glycémie en continu et/ou une pompe à insuline et l’idée d’ajouter un nouveau dispositif pourrait sembler peu engageante, voire rebutante.

Un capteur unique pour la glycémie et les cétones

En juin 2022, la compagnie Abbott (Freestyle Libre) a annoncé le développement d’un capteur 2 en 1 qui permettrait de mesurer à la fois la glycémie et les cétones.

Selon la compagnie, le capteur sera de la même taille que celui du Freestyle Libre 3 (presque 60% plus petit que le capteur actuellement disponible) et offrira des avantages similaires à ceux offerts par la surveillance continue de la glycémie comme la possibilité de recevoir des alertes en cas de cétones trop élevées ou encore la possibilité de partager les données à distance avec l’équipe de soin ou l’entourage. La compagnie a également annoncé que ce nouveau capteur devrait pouvoir communiquer avec les futures pompes qui seront disponibles sur le marché, sans préciser lesquelles. 

Un outil au potentiel révolutionnaire

En s’associant à la lecture de la glycémie en continu, qui devient  l’outil le plus utilisé pour la surveillance des glycémies chez les personnes vivant avec le DT1, ce nouveau capteur 2 en 1 n’augmentera pas le nombre de dispositifs utilisés, et pourrait offrir davantage de sécurité pour l’utilisateur. 

Il pourrait être particulièrement utile pour les personnes sujettes aux acidocétoses, ainsi que dans certaines situations à risque comme par exemple:

  • Jours de maladie 
  • Grossesse. Pour diverses raisons, en particulier hormonales, les femmes enceintes vivant avec le DT1 sont plus à risque de survenue d’une acidocétose malgré une glycémie normale, voire modérément élevée. De plus, certains troubles associés à la grossesse comme les nausées et les vomissements, sont similaires aux symptômes d’acidocétose et peuvent venir ainsi rendre l’identification de la cause plus difficile.
  • Problème avec la pompe à insuline (p. ex. oubli de re-démarrer la perfusion après une baignade) ou avec le système de perfusion (p. ex. canule bloquée, pliée ou délogée) pour les personnes qui en utilisent. 

En détectant de façon précoce et fiable la présence de corps cétoniques, cette technologie devrait ainsi permettre d’éviter la survenue d’acidocétose chez bon nombre de personnes vivant avec le DT1. Le dispositif pourra faire la différence entre des taux acceptables de corps cétoniques (p. ex. jeune, diètes très faibles en glucides) et des taux plus élevés qui témoignent d’un risque d’acidocétose. 

Même si les nouvelles technologies offrent plusieurs avantages (p. ex. diminution des risques, moins de piqûres, vision plus globale de la situation), pour certaines personnes l’accès constant à l’information et le surplus d’alertes, peuvent entraîner un état de stress, voire d’hypervigilance, qui peut nuire à la qualité de vie. L’utilisation de cette technologie devra donc être individualisée en fonction des avantages et des inconvénients que son utilisation représente pour la personne. Reste enfin à savoir quel sera le coût et l’accessibilité (couverture d’assurance) de ce capteur 2 en 1.

Références:

  • Albanese-O’Neill A, Wu M, Miller KM, et al. Poor Adherence to Ketone Testing in Patients With Type 1 Diabetes. Diabetes Care. 2017;40(4):e38-e39.
  • Dhatariya K. Blood Ketones: Measurement, Interpretation, Limitations, and Utility in the Management of Diabetic Ketoacidosis. Rev Diabet Stud. 2016;13(4):217-225.
  • Zhang, Jennifer Y., et al. “Continuous Ketone Monitoring: A New Paradigm for Physiologic Monitoring.” Journal of Diabetes Science and Technology, vol. 15, no. 4, July 2021, pp. 775–780, doi:10.1177/19322968211009860.
  • Abbott announces development of novel continuous glucose-ketone monitoring system, consulté le 19 juillet 2022, https://abbott.mediaroom.com/2022-06-03-Abbott-Announces-Development-of-Novel-Continuous-Glucose-Ketone-Monitoring-System

ÉCRIT PAR: Sarah Haag RN. BSc.

RÉVISÉ PAR:

  • Amélie Roy-Fleming Dt.P., EAD, M.Sc.
  • Rémi Rabasa-Lhoret, MD, Ph. D.
  • Anne-Sophie Brazeau RD, Ph. D.
  • Aude Bandini, Sonia Fontaine, Jacques Pelletier, Marie-Christine Payette, Michel Dostie, Eve Poirier, Claude Laforest, Alec Courchesne, patients-partenaires du projet BETTER