Le projet BETTER

BEhaviors, Therapies, TEchnologies and hypoglycemic Risk in Type 1 diabetes – BETTER

La première étape du projet BETTER est de développer un registre d’individus vivant avec le diabète de type 1 au Québec (Canada) afin de mieux caractériser les causes, l’expérience et les conséquences de l’hypoglycémie. De ce registre découleront des études cliniques visant à mettre à profit les technologies et les thérapies pour la réduction de l’hypoglycémie.

Le diabète de type 1 et le risque d’hypoglycémie

Les individus qui vivent avec le diabète de type 1 doivent s’injecter de l’insuline pour contrôler le taux de sucre dans leur sang, car leur pancréas ne produit plus d’insuline. Ils doivent ajuster la dose d’insuline qu’ils s’injectent en fonction du contenu en glucides des repas, de la pratique d’une activité physique, de la consommation d’alcool, du stress, des infections, etc. Une conséquence de ce traitement est un risque de taux de sucre sanguin trop bas. C’est ce qu’on appelle l’hypoglycémie.

Au quotidien, les individus avec le diabète de type 1 vivent avec la crainte de l’hypoglycémie et tentent constamment de maintenir leur taux de sucre sanguin en équilibre. Parmi les symptômes de l’hypoglycémie, on retrouve les tremblements, les palpitations, la sudation, la faim, la confusion, les vertiges et les troubles de la vision. Lorsque sévère, l’hypoglycémie peut causer la perte de conscience, des accidents, des blessures, entraîner le coma et même la mort.

Lors d’une hypoglycémie légère à modérée, la personne peut se traiter elle-même en consommant des glucides (sucres). Dans le cas d’une hypoglycémie sévère, la personne a besoin de l’aide de quelqu’un d’autre pour faire remonter son taux de sucre sanguin.

Chez la plupart des enfants et adultes vivant avec le diabète de type 1, l’hypoglycémie est fréquente et constitue le principal obstacle à une gestion adéquate du diabète.

Étudier pour mieux intervenir

Les personnes qui s’inscrivent au registre BETTER répondent à un ou des questionnaires concernant leur expérience entourant l’hypoglycémie. Les informations recueillies permettront aux chercheurs de mieux comprendre les enjeux et de tester des approches pour réduire le risque d’hypoglycémie.

Une de ces approches est une plateforme d’éducation sur le web qui sera testée par des participants inscrits au registre. Des nouvelles technologies et thérapies (médication) seront également étudiées, toujours dans le but de réduire les épisodes d’hypoglycémie.