fbpx

LE PROJET BETTER

Le projet BETTER réunit des personnes vivant avec le diabète de type 1, des parents d’enfants qui vivent avec le diabète de type 1, des chercheurs, des professionnels de la santé et des décideurs, afin de faire avancer la recherche pour améliorer la qualité de vie, les pratiques cliniques, et les traitements des personnes vivant avec le diabète de type 1.

Le risque d’hypoglycémie au coeur du projet

Parce que le pancréas des personnes qui vivent avec le diabète de type 1 ne produit plus d’insuline, ces dernières doivent s’administrer de l’insuline pour contrôler leur taux de sucre dans leur sang. Elles doivent ajuster la dose d’insuline qu’elles s’injectent en fonction du contenu en glucides des repas, de la pratique d’une activité physique, de la consommation d’alcool, du stress, des infections, etc. L’effet secondaire principal de ce traitement est un risque de taux de sucre sanguin trop bas aussi appelé: hypoglycémie.

Au quotidien, les personnes qui vivent avec le diabète de type 1, vivent avec la crainte de l’hypoglycémie et tentent constamment de maintenir leur taux de sucre sanguin en équilibre. Parmi les symptômes de l’hypoglycémie, on retrouve les tremblements, les palpitations, la sudation, la faim, la confusion, les vertiges et les troubles de la vision. Lorsque sévère, l’hypoglycémie peut causer la perte de conscience, des accidents, des blessures, entraîner le coma et même la mort.

Lors d’une hypoglycémie légère à modérée, la personne peut se traiter elle-même en consommant des glucides (sucres). Dans le cas d’une hypoglycémie sévère, la personne a besoin de l’aide de quelqu’un d’autre pour faire remonter son taux de sucre sanguin.

Chez la plupart des enfants et adultes vivant avec le diabète de type 1, l’hypoglycémie est fréquente et constitue le principal obstacle à une gestion adéquate du diabète.

Nous avons donc créé le projet BETTER dans le but de mesurer ces hypoglycémies et d’améliorer leur prévention.