fbpx

Homme ou femme, le genre influence-t-il  le choix des stratégies pour prévenir l’hypoglycémie liée à l’activité physique?

La pratique de l’activité physique est connue pour avoir des bienfaits non négligeables sur la santé physique et psychologique, mais chez les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1) elle peut également augmenter la variation de la glycémie, et entraîner plus d’hypoglycémies. Cette dernière constitue d’ailleurs l’une des barrières principales à la pratique d’une activité physique chez les personnes qui vivent avec le DT1. 

Afin d’assurer une pratique sécuritaire et agréable de l’activité physique, les personnes vivant avec le DT1 doivent donc combiner certaines stratégies pour prévenir l’hypoglycémie. En voici quelques unes:

  • Mesurer plus fréquemment la glycémie;
  • Utiliser certaines technologies (p.ex. lecteurs de la glycémie en continu)
  • Consommer des glucides supplémentaires; 
  • Diminuer les doses d’insuline; 
  • Ajouter des exercices à haute intensité (p.ex. sprint);

Le choix des stratégies utilisées peut dépendre des connaissances de la personne ou de la situation (p.ex. type et intensité de l’exercice, glycémie avant de débuter l’activité), mais il serait également influencé par le genre (homme ou femme) de l’individu.

C’est ce que nous avons démontré grâce au registre BETTER (sorte de recensement des personnes vivant avec le diabète de type 1 au Québec) qui compte plus de 2000 personnes (adultes et enfants). En s’inscrivant, ces dernières répondent à un ou des questionnaires qui permettent de mieux comprendre certains aspects en lien avec le DT1, dont ,entre autres, la gestion des glycémies en lien avec l’activité physique. 

Afin de comprendre si les hommes et les femmes choisissent des stratégies différentes pour prévenir l’hypoglycémie lors d’activité physique, nous avons comparé les réponses de 209 hommes et 375 femmes.

La stratégie la plus utilisée: la mesure de la glycémie

Que vous soyez un homme ou une femme vivant avec le DT1, la stratégie que vous utilisez probablement le plus pour prévenir l’hypoglycémie lors d’activité physique, est celle de mesurer plus fréquemment votre glycémie. Cette stratégie est, en effet, utilisée par 76% des hommes et femmes inclus dans cette analyse.

Plus de collation chez les hommes.

Si vous êtes un homme, il se peut que vous soyez davantage porté que les femmes à consommer des glucides supplémentaires avant et pendant l’activité physique dans le but de prévenir l’hypoglycémie. La raison de cette différence reste à être investiguée, mais une hypothèse possible est que les femmes peuvent être davantage préoccupées par leur image corporelle, et possiblement plus hésitantes à consommer des glucides additionnels pour faire de l’activité physique. 

L’ajustement de l’insuline: une stratégie sous-utilisée?

Seulement la moitié des hommes et femmes inclus dans cette recherche utilisent l’ajustement de l’insuline comme stratégie pour prévenir l’hypoglycémie. En pratique, cette stratégie peut effectivement être difficile à mettre en place puisqu’elle requiert de prévoir quand aura lieu l’activité physique pour diminuer les doses d’insuline en amont. Ceci explique probablement pourquoi les hommes et les femmes sont davantage portés à choisir la consommation des glucides supplémentaires comme stratégie, bien que cette dernière soit plus utilisée par les hommes que par les femmes.

En résumé, que l’on soit une femme ou un homme vivant avec le DT1, on aura tendance à plus utiliser la stratégie de la mesure de la glycémie et à moins choisir celle de l’ajustement de l’insuline pour prévenir l’hypoglycémie lors d’activité physique. Toutefois, la stratégie de la prise de collation est moins utilisée par les femmes. 

Nos résultats indiquent donc que le choix de certaines stratégies pour réduire le risque d’hypoglycémie et favoriser la pratique de l’activité physique peut dépendre, entre autres, du genre des personnes qui vivent avec le DT1. Cette réalité a peu été explorée par le passé mais devrait être prise en compte par les équipes de soins lorsqu’elles conseillent les patient(e)s pour adapter les recommandations.

Référence:

  • Brazeau, Anne-Sophie et al. “Barriers to physical activity among patients with type 1 diabetes.” Diabetes care vol. 31,11 (2008): 2108-9. doi:10.2337/dc08-0720
  • Prévost, Melinda S et al. “Gender Differences in Strategies to Prevent Physical Activity-Related Hypoglycemia in Patients With Type 1 Diabetes: A BETTER Study.” Diabetes care, dc211899. 19 Jan. 2022, doi:10.2337/dc21-1899

Abonnez-vous à notre infolettre

Webinaires, actualités en lien avec le diabète de type 1, recherches en cours et bien plus. Abonnez-vous pour ne rien manquer!

%d bloggers like this: