fbpx

VX-880: Une nouvelle thérapie expérimentale dérivée de cellules souches pour le traitement du diabète de type 1.

Chez les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1), le système immunitaire détruit les cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline et dont le rôle est de réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang). Les personnes doivent donc s’administrer de l’insuline plusieurs fois par jour pour pallier le manque de cette hormone vitale. L’administration de l’insuline et la gestion de la glycémie qui l’accompagne, représente un fardeau important pour les personnes qui vivent avec le DT1.

Bien que les traitements et les technologies disponibles de nos jours puissent faciliter la gestion du diabète, il n’existe aucun traitement permettant de «guérir» le DT1.

Un communiqué de presse a récemment dévoilé les premiers résultats d’une étude clinique en cours portant sur un traitement dérivé de cellules souches pour le DT1. Les premiers résultats annoncés par la compagnie Vertex indiquent que ce traitement, appelé VX-880, aurait permis de diminuer les besoins quotidiens en insuline du premier participant de l’étude de 91%, après seulement 90 jours. Même si cette avenue n’en est qu’à ses premiers balbutiements, elle apporte beaucoup d’espoir quant à un éventuel traitement curatif pour le DT1.

Le traitement par cellules souches

Les cellules souches sont la source à partir de laquelle se développent les différents types de cellules spécifiques pour chaque tissu. Il en existe dans la majorité des tissus. Ces cellules ont la capacité de se multiplier à l’infini et de former différentes cellules. Par exemple, dans la moelle osseuse les cellules souches peuvent devenir des globules rouges (pour transporter l’oxygène), des globules blancs (pour lutter contre les infections), ou des plaquettes (pour la coagulation), etc. Il en est de même dans le pancréas ou les cellules souches peuvent se développer en cellules bêta qui sécrètent l’insuline. 

Le principe des traitements par cellules souches est donc de remplacer les cellules malades ou défectueuses du corps, par des cellules saines. Ces traitements sont étudiés dans de nombreuses maladies. 

Dans le cas du DT1, le principe serait de remplacer les cellules bêta, productrices d’insuline, qui ont été détruites par le système immunitaire par des cellules bêta saines. De cette façon, le pancréas pourrait de nouveau être en mesure de produire de l’insuline pour subvenir au besoin du corps. 

Fonctionnement et administration du VX-880

Le VX-880 actuellement à l’étude aux États-Unis, vise donc à remplacer les cellules bêta endommagées par des cellules saines, créées en laboratoire. Il est administré en perfusion via une veine du foie située près du pancréas.

Comme les cellules souches contenues dans ce traitement proviennent d’un autre organisme humain, la personne doit également prendre des médicaments (par la bouche) appelés immunosuppresseurs afin d’éviter que le corps ne les rejette. De cette façon, les cellules saines transplantées seront capables de produire de l’insuline et de maintenir la glycémie dans les limites de la normale.

Cependant, les immunosuppresseurs constituent un traitement lourd que la personne doit suivre toute sa vie et qui implique souvent de nombreux effets indésirables. Ils augmentent par exemple le risque d’infections graves et de cancer. 

Des résultats prometteurs

Selon le communiqué de presse, le premier participant à cette étude, qui vit avec le DT1 depuis plus de 40 ans, avait eu de nombreux épisodes d’hypoglycémies sévères dans l’année précédant la perfusion de cellules souches.

Une perfusion de VX-880 contenant seulement une demi-dose lui a été administrée, combinée avec la prise d’immunosuppresseurs. 

Après seulement 90 jours, les besoins quotidiens en insuline de ce participant auraient diminué de 91%, passant de 34 unités quotidiennes à 3 unités.

Selon le communiqué de presse, qui ne mentionne pas beaucoup de détails sur le sujet, aucun effet indésirable grave ne serait apparu suite à la perfusion ou à la prise des immunosuppresseurs. Seuls des événements indésirables légers à modérés auraient été observés. Le communiqué ne détaille pas lesquels. Il sera évidemment nécessaire d’obtenir davantage de recul pour évaluer les risques en lien avec ces traitements.

La suite

Ces résultats impressionnants restent cependant à prendre avec précaution étant donné qu’ils ont été observés sur un participant seulement, et que l’étude n’en est qu’à son début.

Il faut également considérer le fait que les personnes vivant avec le DT1 ont des cellules immunitaires «mémoires» qui peuvent à nouveau détruire les nouvelles cellules bêta. Ces cellules mémoires sont très difficiles à inhiber, même avec des immuno-suppresseurs. C’est une des raisons pour lesquelles les greffes de cellules souches ne tiennent généralement pas à long terme.

S’ils parvenaient à fonctionner, les traitements à base de cellules souches pourraient cependant être un bon compromis à la greffe du pancréas qui exige de remplacer le pancréas au complet et qui ne s’adresse pas à tout le monde (thérapie lourde avec risque de mortalité). Il est également beaucoup plus difficile de trouver un pancréas à greffer, que de pratiquer une greffe de cellules souches.

La compagnie prévoit de continuer l’étude clinique pour le VX-880. Il existe plusieurs sites de recrutement aux États-Unis, et bientôt au Canada où la demande pour débuter l’étude clinique vient d’être approuvée. 

Références:

Références:

%d bloggers like this: