fbpx

La diaboulimie: un trouble alimentaire sérieux

La diaboulimie est un trouble alimentaire unique aux personnes vivant avec le diabète de type 1 (DT1). Il s’agit d’une combinaison entre les symptômes de boulimie et le diabète: présence de crise de boulimie avec omission volontaire d’insuline. L’omission volontaire d’insuline est une méthode compensatoire qui vise à atteindre une hyperglycémie, associée à une glycosurie (présence de sucre dans l’urine) et à une perte de poids.

L’omission de l’insuline, un comportement fréquent

On estime que de 6 à 7 % des gens atteints de DT1 souffrent de diaboulimie. La prévalence est plus élevée chez les jeunes de 15 à 30 ans, particulièrement chez les femmes.

Sans porter le diagnostic, certains peuvent, à l’occasion, adopter des comportements associés à la diaboulimie. En fait, 1 femme sur 5 et 2 hommes sur 5 diminuent volontairement ou évitent à l’occasion une dose d’insuline dans le but de perdre du poids. Le taux monte même jusqu’à 40% chez les adolescentes et les jeunes femmes.

Les impacts sur la santé

La diaboulimie entraîne des conséquences physiologiques et psychologiques importantes pour la santé. Elle est associée à une hyperglycémie chronique (haut niveau d’hémoglobine glyquée) et ainsi, à une plus grande susceptibilité aux infections (ex: urinaire, staphyloccoque, etc.), un risque accru de complications vasculaires (rein, nerf, yeux, pied, cœur) et d’acidocétose diabétique. Le taux de mortalité est également significativement augmenté.

Attitudes et perceptions différentes envers le poids et l’insuline

Pour la plupart des personnes vivant avec le DT1, l’insuline est un médicament vital permettant d’équilibrer les glycémies et de prévenir les complications à long terme liées au diabète. Celles souffrant de diaboulimie voient l’insuline de manière différente et très complexe. Leur relation avec cette hormone est souvent chargée d’émotions, de remords et d’appréhension. Elles associent fortement l’insuline à une prise de poids, ce qui peut provoquer une grande angoisse.

Quels sont les signes de la diaboulimie et que faire si vous pensez que vous ou l’un de vos proches en souffrez?

Soyez d’abord attentif à votre relation avec l’insuline. Observez vos émotions et vos pensées lorsque vous vous injectez de l’insuline. Si vous sentez que vous injecter de l’insuline est souvent source d’émotions négatives (ex: peur, anxiété), vous pouvez chercher du soutien auprès de vos proches et de votre équipe de soins. Voici quelques autres signes auxquels une attention particulière doit être portée:

  • préoccupation excessive à l’égard du poids ou envers l’image corporelle
  • hémoglobine glyquée (HbA1c) supérieure à 9% sur une longue période
  • dépression, trouble de l’humeur, grande fatigue
  • manger en cachette ou pratique excessive d’activité physique
  • infections à répétition
  • annulation de rendez-vous médicaux

Dans ces situations, il est crucial d’aborder le sujet lors de votre suivi médical. La santé mentale doit prendre une place plus importante dans les discussions sur le DT1, même si ce n’est pas toujours facile.

Liens utiles

Articles BETTER

Vous souhaitez aider notre équipe de recherche à comprendre les enjeux de santé mentale chez les personnes vivant avec le diabète de type 1?

Inscrivez-vous au registre BETTER dès maintenant.

Références

  • Torjesen I. et al (2019). Diabulimia: the world’s most dangerous eating disorder. BMJ. 
  • Hay P. Book Review:Prevention and Recovery from Eating Disorders in Type 1Diabetes:Injecting Hope. J Eat Disord. 2019 Jan 30;7:3. doi: 10.1186/s40337-019-0233-7. PMID: 30728963; PMCID: PMC6352426.
  • Paoli, T. D., & Rogers, P. J. (2017). Disordered eating and insulin restriction in type 1 diabetes: A systematic review and testable model. Eating Disorders, 26(4), 343-360. doi:10.1080/10640266.2017.1405651
  • Staite, E., Zaremba, N., Macdonald, P., Allan, J., Treasure, J., Ismail, K., & Stadler, M. (2018). ‘Diabulima’ through the lens of social media: A qualitative review and analysis of online blogs by people with Type 1 diabetes mellitus and eating disorders. Diabetic Medicine, 35(10), 1329-1336. doi:10.1111/dme.13700
  • Wisting, L., Bang, L., Skrivarhaug, T., Dahl-Jørgensen, K., & Rø, Ø. (2015). Adolescents with Type 1 Diabetes – The Impact of Gender, Age, and Health-Related Functioning on Eating Disorder Psychopathology. Plos One, 10(11). doi:10.1371/journal.pone.0141386
  • Luyckx, K., Verschueren, M., Palmeroni, N., Goethals, E., Weets, I. et Claes, L. (2019). Disturbed eating behaviors in adolescents and emerging adults with type 1 diabetes: A one-year prospective study. Diabetes Care, 42(9). doi: 10.2337/dc19-0445