fbpx

Hypoglycémie et conduite d’un véhicule

Lors de la conduite d’un véhicule, les personnes vivant avec le diabète de type 1 (DT1) doivent demeurer vigilantes face à une complication potentielle: l’hypoglycémie. Une hypoglycémie peut effectivement entraîner des symptômes qui altèrent les facultés cognitives et qui, si elle n’est pas traitée, peut mener à une perte de conscience. Il va sans dire que cette dernière situation est grave et dangereuse, particulièrement en conduisant un véhicule.

L’hypoglycémie en conduisant: un problème fréquent

Selon une étude récente, 1 personne sur 5 vivant avec le diabète a expérimenté une hypoglycémie en conduisant dans la dernière année. De façon générale, une glycémie basse peut être un événement bénin si elle est prise en charge de manière appropriée (consommation de 15 grammes de glucides à action rapide, repos et mesure de la  glycémie 15 minutes plus tard). Cette prise en charge est cependant plus difficile lors de la conduite d’un véhicule. Ainsi, il est préférable de viser la prévention de l’hypoglycémie et ce, AVANT de prendre le volant.

Pourtant, 58% des participants à l’étude ont déclaré ne pas mesurer leur glycémie avant de conduire.

Les facteurs de risque d’hypoglycémie au volant

L’étude mentionne deux facteurs de risque favorisant l’hypoglycémie en conduisant:

  1. Vivre avec le DT1.
  2. Ne pas sentir ses symptômes d’hypoglycémie. Un individu pourrait prendre le volant sans s’apercevoir que sa glycémie est à la baisse. Ainsi, il ne pourrait sentir ses symptômes d’hypoglycémie qu’à un seuil inquiétant, frôlant l’hypoglycémie sévère et la perte de conscience.

Saviez-vous qu’il est obligatoire pour toute personne vivant avec le diabète au Québec d’en informer la SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québec) et de déclarer tout changement relatif à son état de santé?

Cette déclaration doit être faite :

  • lors de la première demande du permis;
  • ou lors du renouvellement du permis;
  • ou encore dans les 30 jours suivant un changement de l’état de santé.

Si vous n’avez jamais réalisé cette déclaration, vous devez le faire en communiquant avec la SAAQ. Vous recevrez ensuite un formulaire à faire compléter par votre médecin lors de votre prochain rendez-vous. Un examen de la vue sera également requis.

Il est à noter que si votre contrôle glycémique n’est pas optimal et que les hypoglycémies sévères sont fréquentes, le médecin pourrait attendre que les glycémies se stabilisent avant de signer le document.

Comment prévenir l’hypoglycémie en conduisant?

Voici quelques suggestions afin de conduire en toute sécurité lorsque l’on vit avec le DT1:

  • Toujours mesurer sa glycémie avant de conduire. Traiter toute hypoglycémie avant de partir. La Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ)  recommande aussi de consommer une collation protéinée par la suite.
  • Apporter son lecteur de la glycémie dans la voiture ou si possible, se procurer un lecteur de la glycémie en continu avec des alertes de glycémies basses.
  • Si vous partez pour une longue route, n’hésitez pas à prendre des pauses et mesurez votre glycémie pendant le trajet; pensez à augmenter le seuil d’alerte de glycémie basse de votre lecteur de la glycémie en continu.
  • Toujours garder sur soi et dans la voiture des glucides à action rapide; une quantité suffisante pour traiter 2 hypoglycémies.
  • Si vous ne vous sentez pas bien, vous arrêter sur le côté de la route.

Bonne conduite en toute sécurité!

Le projet BETTER souhaite étudier les habitudes de gestion des glycémies des personnes vivant avec le diabète de type 1 au Québec.

Pour y participer, inscrivez-vous au registre BETTER.

Référence

  • Lohan, L., Clément, F., Duflos, C., Villiet, M., Castet-Nicolas, A., Boegner, C., Breuker, C. (2020). Hypoglycemia While Driving in Insulin-Treated Patients: Incidence and Risk Factors. Journal of Patient Safety, Publish Ahead of Print. doi:10.1097/pts.0000000000000764

%d bloggers like this: