fbpx

Pour un milieu scolaire plus adapté au diabète de type 1

L’apprentissage de la gestion du diabète de type 1 (DT1) se fait sur toute une vie. Les enfants et les adolescents sont au début de ce processus d’apprentissage et ont besoin d’un support familial. Par contre, puisqu’ils passent une bonne partie de leur journée à l’école, leurs proches ne peuvent pas les accompagner constamment. Malheureusement, le personnel des milieux scolaires n’est pas toujours préparé à gérer la complexité du DT1.

Connaissances limitées des enseignants

Lors d’une étude conduite en Espagne, un test a été distribué auprès de 765 enseignants afin de connaître leurs connaissances en DT1.

  • 43% ont indiqué avoir ou avoir eu un élève vivant avec le DT1 dans leur classe.
  • 42% ont indiqué qu’une hypoglycémie non-traitée peut mener à une perte de conscience.
  • 59% ont répondu que durant une activité physique, un enfant vivant avec le DT1 doit toujours garder sur lui des glucides rapides.

Malgré que 86% des répondants ont pu expliquer la base de la gestion du DT1 (le rôle de l’insuline) et un traitement approprié de l’hypoglycémie (boire un jus de fruit), seul 5% ont obtenu un score les qualifiant de personnes pouvant supporter et conseiller les élèves par rapport à leur DT1.

Puisque les enseignants ne sont pas des professionnels de la santé, il est normal que ceux-ci ne comprennent pas toutes les implications du traitement du DT1. D’ailleurs, le protocole d’urgence pour les hypoglycémies sévères dans les écoles implique généralement un appel au 911 et l’injection de glucagon. Cependant, ce n’est pas tout le personnel enseignant qui est formé pour cette injection. Ainsi, l’arrivée sur le marché du glucagon nasal pourrait faciliter l’administration de ce médicament.

Afin d’offrir un environnement scolaire sécuritaire pour un enfant, les parents doivent souvent s’armer de patience afin d’expliquer les implications de cette maladie. Cependant, il est tout aussi primordial que les enseignants démontrent une ouverture d’esprit et une écoute afin de comprendre et d’appliquer les recommandations de la famille et des professionnels de la santé.

L’expérience des enfants et des adolescents

Même si les enfants et les adolescents vivant avec le DT1 présentent une certaine autonomie face à leur diabète, ils font face à plusieurs obstacles dans leur milieu scolaire. Par exemple, conserver tout leur matériel de diabète n’est pas toujours permis ou possible dans la classe. Ils doivent donc circuler pour aller à leur casier ou au bureau de l’infirmière, ce qui peut s’avérer dangereux lors d’une hypoglycémie. Ainsi, il serait pertinent de revoir les politiques de conservation du matériel de diabète dans les classes et les endroits stratégiques de l’école.

Sans être un problème majeur, il est difficile pour un enfant ou un adolescent vivant avec le DT1 de manger des aliments achetés à la cafétéria puisque la teneur en glucides est rarement indiquée. Si certaines cafétérias prévoient des options sans allergène ou végétarienne dans leur menu, alors pourquoi ne pas indiquer la valeur en glucides de leurs aliments lorsqu’un étudiant vit avec le DT1?

Enfin, la gestion du diabète est multifactorielle (activité physique, stress, maladie, etc.) et peut affecter le processus d’apprentissage et de socialisation. D’ailleurs, une étude a révélé que les enfants et les adolescents vivant avec le DT1 subissent en moyenne plus d’intimidation que ceux vivant sans diabète. L’une des explications possibles est que le DT1 implique d’avoir des besoins particuliers et de paraître différent de ses pairs. Par exemple, un enfant qui ne peut pas participer à son cours d’éducation physique car il est en hypoglycémie pourrait se sentir exclu et possiblement, subir les commentaires désobligeants de ses camarades.

En bref, les enjeux du DT1 sont souvent méconnus et sous-estimés. Sans demander que les enseignants deviennent des experts en diabète, il serait plus sécuritaire qu’ils comprennent et reconnaissent les besoins liés à cette maladie.

Vous ou votre enfant vivez avec le diabète de type 1 au Québec?

Faites avancer la recherche en vous inscrivant au registre BETTER!

Références

  • Andrade, C. J., & Alves, C. D. (2019). Relationship between bullying and type 1 diabetes mellitus in children and adolescents: A systematic review. Jornal De Pediatria, 95(5), 509-518. doi:10.1016/j.jped.2018.10.003
  • Gutiérrez-Manzanedo, J. V., Laureano, F. C., Moreno-Vides, P., Castro-Maqueda, G. D., Fernández-Santos, J. R., & Ponce-González, J. G. (2018). Teachers’ knowledge about type 1 diabetes in south of Spain public schools. Diabetes Research and Clinical Practice, 143, 140-145. doi:10.1016/j.diabres.2018.07.013
  • Kise, S. S., Hopkins, A., & Burke, S. (2017). Improving School Experiences for Adolescents With Type 1 Diabetes. Journal of School Health, 87(5), 363-375. doi:10.1111/josh.12507
%d bloggers like this: