fbpx

Diabète et déchets: qu’en pensent les personnes qui vivent avec le diabète?

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas! Difficile cependant de vivre sans en produire aujourd’hui. Les emballages, souvent bien inutiles, sont présents partout et représentent une part considérable de nos déchets. De plus, il n’est pas toujours évident de trouver des produits qui ne soient pas à usage unique, ou à durée de vie limitée. 

Pour les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1) et qui prêtent attention à cet aspect, les déchets produits dans le cadre des soins peuvent être une source de préoccupation. 

Quelle importance les personnes qui vivent avec le diabète portent-elles aux déchets d’emballages et à la durabilité (ou durée de vie)? Ces considérations jouent-elles un rôle dans le choix des appareils utilisés? 

Une enquête en ligne, menée en Allemagne, a récemment tenté de répondre à cette question. Plus de 2400 personnes vivant avec le diabète (majoritairement de type 1) ont été interrogées.

Une préoccupation pour la majorité

Plus de la moitié des personnes (54,5%) ayant répondu au questionnaire ont indiqué se sentir concernées par les déchets provenant des emballages de traitements et de technologies en lien avec le diabète. Ces déchets sont, en effet, nombreux et il n’est pas toujours facile de savoir comment les éliminer.

Favoriser les produits réutilisables

Malgré une préoccupation évidente des personnes vivant avec le diabète quant aux déchets produits dans le cadre des soins, rares sont les compagnies qui offrent des produits réutilisables. Pourtant, l’enquête indique qu’environ 2 personnes sur 3 (67,1%) souhaiteraient voir davantage de dispositifs réutilisables pour leurs soins en lien avec le diabète. 

Encore peu d’impact dans la consommation

Malgré ces préoccupations évidentes, les déchets et la durabilité semblent avoir peu d’impact au moment de faire des choix pour les dispositifs utilisés ou le type de traitement choisi en lien avec le diabète, révèle l’enquête. Ceci pourrait s’expliquer par le manque évident d’alternatives ayant un impact écologique plus faible pour le même type de produit.

Cependant, même si le nombre de personnes tenant compte de ces aspects dans le choix des produits est faible (15%), ce nombre représente déjà presque 1 personne sur 5.

Puisque les soins sont indispensables au maintien d’une bonne santé et qu’il n’existe souvent pas d’alternative (traitement et technologie) ayant un impact écologique plus faible, il est difficile pour la personne vivant avec le diabète de réduire ses déchets même si elle le souhaite. 

Les compagnies qui produisent les médicaments et les fournitures en lien avec le diabète ont un rôle majeur à jouer dans cette transition écologique. Elles devraient prendre en considération le nombre croissant de personnes préoccupées par cet aspect et proposer des solutions plus respectueuses de l’environnement. 

Pour appuyer cela, les personnes qui vivent avec le diabète et les professionnels de la santé ne devraient pas hésiter à en parler avec les représentants des compagnies (en personne ou lors d’appels au service à la clientèle) pour que cet aspect des soins puisse changer rapidement.

Référence:

  • LUTZ HEINEMANN, DOMINIC EHRMANN, TIMM ROOS, NORBERT HERMANNS, BERNHARD KULZER; 591-P: Green Diabetes: What Do People with Diabetes Think about Packaging Waste and Sustainability?. Diabetes 1 June 2022; 71 (Supplement_1): 591–P. https://doi.org/10.2337/db22-591-P

N’hésitez pas à vous abonner à notre infolettre ou à nous suivre sur les réseaux sociaux pour être informé de nos prochaines mises à jour! 

Abonnez-vous à notre infolettre

Webinaires, actualités en lien avec le diabète de type 1, recherches en cours et bien plus. Abonnez-vous pour ne rien manquer!