fbpx

Programmer les alertes des systèmes de surveillance du glucose en continu pour améliorer la gestion de la glycémie.

Les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1) sont tenues de s’injecter de l’insuline pour contrôler leur glycémie et sont confrontées au défi d’éviter l’hypoglycémie (taux de sucre trop bas) et l’hyperglycémie (taux de sucre trop haut) au quotidien.

Certains lecteurs de la glycémie en continu (Medtronic, Dexcom) permettent d’être averti par une alerte (sonore et/ou vibration) lorsque la variation de la glycémie nécessite une attention.

Le système Flash (FreeStyle Libre) n’offre pas d’alertes comparables puisqu’il ne reçoit pas l’information de manière automatisée. Il ne permet donc pas d’être averti en cas d’hypo ou d’hyperglycémie à moins de scanner le capteur.

Une étude récente menée à l’Université de l’Utah, a observé l’impact des seuils auxquels sont programmés les alertes sur le contrôle du diabète des personnes vivant avec le DT1.

Un seuil d’alerte plus élevée que 4 mmol/L pour prévenir l’hypoglycémie.

L’étude indique en effet que le meilleur seuil pour réduire la fréquence des hypoglycémies (glycémie inférieure à 4,0 mmol/L) serait de 4,2 mmol/L.

Et pour l’hyperglycémie ?

L’étude indique que le seuil d’alerte optimal programmé pour limiter l’hyperglycémie et répondre aux recommandations générales devrait être de 9,4 mmol/L

Ce seuil favoriserait une hémoglobine glyquée (A1C) inférieure ou égale à 7% avec moins de 5% du temps passé en hyperglycémie.

Attention à la fatigue reliée aux alertes.

Les participants utilisant un seuil d’alerte plus élevé pour l’hypoglycémie n’auraient pas reçu davantage d’alertes que les autres. En revanche, des seuils d’alertes plus bas pour l’hyperglycémie étaient associés à davantage d’alertes. 

Parfois, lorsque les seuils sont plus serrés, les alertes peuvent être plus nombreuses, venir perturber le quotidien, entraîner ce qu’on appelle la fatigue reliée aux alertes et donner envie d’arrêter d’utiliser le lecteur malgré les bénéfices que celui-ci apporte.

Il est donc important de définir un seuil qui soit adapté. Par exemple, en programmant un seuil d’hyperglycémie plus élevé au départ pour ensuite l’ajuster avec le temps afin de trouver un compromis entre l’atteinte des cibles glycémiques et le nombre d’alertes

Le projet de recherche BETTER vise à comprendre les problèmes importants et de maximiser les bénéfices des nouveaux traitements et technologies pour les personnes vivant avec le diabète de type 1.

Vous vivez avec le diabète de type 1 ?

Aidez-nous à faire progresser la recherche, les technologies et les traitements en vous inscrivant au registre.

www.type1better.com

Références:

  • Lin, Y. K. et al. (2019) Alarm Settings of Continuous Glucose Monitoring Systems and Associations to Glucose Outcomes in Type 1 Diabetes. Journal of the Endocrine Society
  • Shivers, Joseph P et al. “ »Turn it off! »: diabetes device alarm fatigue considerations for the present and the future.” Journal of diabetes science and technology vol. 7,3 789-94. 1 May. 2013.