Hospitalisation et COVID-19: distinction entre le diabète de type 1 et type 2

La presque totalité des études publiées jusqu’à présent portant sur la COVID-19 et le diabète n’ont pas fait la distinction entre le diabète de type 1 (DT1) et le diabète de type 2 (DT2). Dans ces études, on attribue des complications potentielles de la COVID-19 au diabète en général. Pourtant, ces deux types de diabète sont bien différents.

Les principales différences entre le DT1 et le DT2

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui se caractérise par une absence de production d’insuline par le pancréas. Sans insuline, le glucose (la source d’énergie principale du corps) ne peut entrer dans les cellules et il s’accumule dans le sang sans que le corps puisse l’utiliser. Cette hausse du taux de glucose mène à une hyperglycémie. Le traitement consiste à s’injecter plusieurs fois par jour de l’insuline grâce à une pompe à insuline, une seringue ou un stylo. Le DT1, lorsque bien contrôlé, n’est généralement pas associé à d’autres co-morbidités.

Le diabète de type 2, quant à lui, se caractérise par une résistance à l’insuline qui s’installe graduellement avec le temps. Cela signifie que malgré la présence d’insuline dans le sang, le glucose entre moins bien dans les cellules, ce qui augmente la glycémie (hyperglycémie). Les individus vivant avec le DT2 ne requièrent pas tous un traitement d’insuline, certaines personnes peuvent se limiter à des médicaments oraux et à une modification des habitudes de vie (changement d’alimentation ou d’activité physique). Le DT2 est souvent accompagné de co-morbidités, comme l’obésité et les maladies cardio-vasculaires.

Les conséquences à long terme de l’hyperglycémie chronique sont toutefois les mêmes pour le DT1 et le DT2 : complications au niveau des reins, du coeur, des yeux et des nerfs. 

Les personnes vivant avec le DT1, une minorité parmi les cas de patients diabétiques hospitalisés pour la COVID-19

Un rapport français a été publié la semaine dernière décrivant le profil des patients vivant avec le diabète hospitalisés pour la COVID-19. Sur les 1300 patients:

  • 3% étaient atteints de DT1
  • 89% étaient atteints de DT2
  • 5% étaient atteints d’un autre type de diabète
  • 3% ont reçu un diagnostic de diabète à leur admission à l’hôpital

En considérant que le DT1 représente de 5 à 10% de tous les types de diabète, une valeur de seulement 3% d’hospitalisation est faible. Ces chiffres démontrent que les personnes vivant avec le DT1 sont sous représentées dans la population diabétique hospitalisée. 

De plus, dans cette étude, aucun participant âgé de moins de 65 ans vivant avec le DT1 n’est décédé au cours de son hospitalisation.

La prudence est toujours de mise.

Les résultats de cette étude viennent confirmer les impressions des experts en diabète: les risques d’hospitalisation pour la COVID-19 seraient plus élevés chez les personnes vivant avec le DT2 que celles vivant avec le DT1.

Il reste toutefois encore beaucoup de recherche à faire pour comprendre ce nouveau coronavirus et ses impacts sur le diabète. Pour plus d’information, consultez notre article sur les mesures préventives face à la maladie à coronavirus (COVID-19) et le diabète de type 1.

VOUS ou VOTRE ENFANT vivez avec le diabète de type 1? Vous souhaitez nous faire part de vos défis quotidiens?

Inscrivez-vous au registre BETTER!

Références:

  • Cariou, B., Hadjadj, S., Wargny, M., Pichelin, M., Al-Salameh, A., Allix, I., Amadou, C., Arnault, G., Baudoux, F., Bauduceau, B., Borot, S., Bourgeon-Ghittori, M., Bourron, O., Boutoille, D., Cazenave-Roblot, F., Chaumeil, C., Cosson, E., Coudol, S., Darmon, P., … Gourdy, P. (2020). Phenotypic characteristics and prognosis of inpatients with COVID-19 and diabetes: the CORONADO study. Diabetologia. DOI 10.1007/s00125-020-05180-x
  • Huang, Ian, et al. “Diabetes Mellitus Is Associated with Increased Mortality and Severity of Disease in COVID-19 Pneumonia – A Systematic Review, Meta-Analysis, and Meta-Regression.” Diabetes & Metabolic Syndrome: Clinical Research & Reviews, vol. 14, no. 4, 2020, pp. 395–403., doi:10.1016/j.dsx.2020.04.018.