fbpx

Vaccin et COVID-19 chez les enfants: que savons-nous?

Depuis fin novembre 2021, il est possible pour les enfants de plus de 5 ans de se faire vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination ou dans certaines écoles.

Cette campagne de vaccination fait suite à l’approbation par Santé Canada du vaccin Pfizer administré en dose réduite chez les enfants. La dose pour cette tranche d’âge est de 10 mcg, contre 30 mcg pour les adolescents (14 ans et +) et les adultes. L’intervalle recommandé entre les deux doses est d’au moins 8 semaines. 

Enfants et COVID-19

Chez les enfants, le risque global de développer une forme grave de COVID-19 est faible. Par contre, ce virus est désormais la huitième cause de décès chez ces derniers aux États-Unis. 

Dans certains cas, des enfants contractant la COVID-19 peuvent développer une maladie auto-immune, appelée syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant (SIME). Bien que rare au Canada, cette maladie grave nécessite, dans 99% des cas, une hospitalisation, et parfois (⅓ des cas) une admission aux soins intensifs.

De plus, une étude récente indique que le risque de développer un diabète (de type 1 ou 2) serait plus élevé chez les moins de 18 ans touchés par la COVID-19, renforçant ainsi l’importance de prévenir ce virus.

Le vaccin contre la COVID-19 est-il sécuritaire chez les enfants?

​​Le processus d’approbation de Santé Canada est rigoureux et comprend non seulement un examen approfondi des essais cliniques auxquels participent des milliers de personnes, mais aussi la vérification de la sécurité des pratiques de fabrication.

Pour cette raison et afin d’avoir du recul sur ce groupe d’âge, la vaccination des enfants arrive des mois après celle des adultes. 

L’étude principale démontrant la sécurité et l’efficacité du vaccin portait sur 2285 enfants de 5 à 11 ans dont 20% présentaient des maladies chroniques afin de pouvoir évaluer l’efficacité du vaccin lorsque d’autres facteurs de santé entrent en jeu, comme le diabète de type 1 (DT1).

Parmi les participants, 1 528 ont reçu le vaccin, et les 757 autres ont reçu un placebo. Ils ont tous été suivis pendant au moins 1 mois après la deuxième dose.

Cette étude montre que le vaccin est très bien toléré chez les 5 à 11 ans, avec une protection de 90,7% contre toutes les formes de COVID-19 avec la dose réduite de 10 mcg. Parmi ceux qui ont reçu le vaccin, seuls trois enfants ont contracté un cas léger de COVID-19 sans symptômes graves, de longue durée, d’hospitalisation, ou décès. Aucun cas de SIME n’a été signalé.

Désormais plus de 9 millions d’enfants (5 à 11 ans) sont vaccinés aux États-Unis. 

Deux autres études ont été publiées à la fin décembre 2021, afin de faire un état des lieux de la sécurité des vaccins chez les enfants. Certains cas de myocardites (inflammation du muscle cardiaque) ont été rapportés chez des hommes âgés de 12 à 29 ans comme un effet secondaire très rare du vaccin. Les rares personnes concernées par cette complication ont présenté rapidement une évolution favorable. 

Les deux études montrent cependant clairement l’innocuité du vaccin pour les enfants âgés de 5 à 11 ans et soulignent l’importance de la vaccination des enfants contre le coronavirus.

Et les effets secondaires?

La plupart des effets secondaires du vaccin rapportés chez les enfants de 5 à 11 ans étaient similaires à ceux observés chez les adolescents et adultes: maux de tête, fatigue, douleurs musculaires ou frissons. Ils durent en moyenne entre un et deux jours.  

Chez les personnes vivant avec le diabète, un impact sur la glycémie peut également être observé à la suite du vaccin. Cette variation est transitoire et peut occasionner des glycémies légèrement plus élevées (effet de la réaction au vaccin ou au virus) ou plus basses (baisse de l’appétit) pendant quelques jours. Il est donc important de surveiller plus fréquemment la glycémie de l’enfant et de vous référer aux stratégies pour les jours de maladie si besoin. Les effets secondaires du vaccin sont, dans tous les cas, nettement plus sécuritaires et faciles à gérer que les effets de la COVID-19. 

La COVID-19 et le diabète de type 1 

De façon générale, vivre avec le DT1 n’augmente pas le risque de contracter la COVID-19, mais avoir la COVID-19 peut compliquer la gestion de la glycémie. 

Rappelons que, chez les adultes vivant avec le DT1, certains facteurs augmentent le risque de développer une forme sévère de la COVID-19. Parmi ceux-ci, on compte, un âge de 40 ans ou plus, une gestion de la glycémie sous-optimale (hémoglobine glyquée, HbA1c > 9%), la présence de complications au niveau des reins ou du cœur, ou encore la présence d’obésité. Tout comme chez les enfants, il est maintenant établi que les risques reliés aux vaccins sont très faibles chez les adultes et que les bénéfices (protection contre les formes sévères de l’infection à la COVID 19) dépassent très largement ces risques. 

En cette période de pandémie qui peut être difficile, voire anxiogène pour certain.e.s, la gestion du diabète de type 1 qui représente un défi quotidien peut être ardue. La nouvelle vague que nous traversons actuellement va redemander adaptation et résilience. Il est donc plus important que jamais, de rester bienveillants et solidaires, et d’aider les personnes autour de nous qui pourraient trouver la situation plus difficile. 

 

Retrouvez nos ressources: articles, rediffusion de nos webinaires, PDF, pour vous aider au mieux avec la gestion du diabète de type 1.

Références:

Abonnez-vous à notre infolettre

Webinaires, actualités en lien avec le diabète de type 1, recherches en cours et bien plus. Abonnez-vous pour ne rien manquer!

%d bloggers like this: