fbpx

Un dispositif combiné à un téléphone intelligent pour diagnostiquer la rétinopathie diabétique

Les personnes vivant avec le diabète de type 1 (DT1) font face à un risque accru de  certains problèmes de santé à long terme lorsque les glycémies sont mal équilibrées. Par exemple, une hyperglycémie chronique peut endommager les petits vaisseaux sanguins. L’une de ces conditions est la rétinopathie diabétique, ou l’atteinte des petits vaisseaux sanguins de l’œil. Elle atteint environ 20% des canadiens vivant avec le diabète de type 1. Lorsque diagnostiquée trop tard ou non prise en charge, la rétinopathie diabétique peut malheureusement mener à une perte de vision partielle, ou même totale dans de rares cas.

Afin de prévenir cette condition, les individus vivant avec le DT1 doivent viser un bon équilibre glycémique et effectuer des suivis chez un ophtalmologiste ou un optométriste. Cependant, il arrive que les personnes atteintes de diabète n’ont pas facilement accès à ces suivis (habiter loin d’un grand centre, longues listes d’attente, marginalisation, etc.). Ainsi, plusieurs spécialistes du diabète et des yeux se sont questionnés à savoir comment augmenter l’accessibilité à un dépistage à faible coût.

Un dispositif assez précis pour établir un diagnostic?

Une équipe de recherche a testé un dispositif pouvant être combiné à un téléphone intelligent et qui pourrait faciliter l’accès à un diagnostic de rétinopathie diabétique. Ce dispositif est muni d’une loupe spéciale placée à environ 20 cm du téléphone et alignée avec la caméra.

L’un des problèmes des photos prises par des téléphones intelligents pour les diagnostics médicaux est qu’elles fournissent une qualité d’image plus ou moins précise. Le défi est d’autant plus important lorsque le diagnostic s’établit sur des critères subtils, comme c’est le cas de la rétinopathie diabétique. Ainsi, l’objectif principal de l’étude était de tester si la qualité d’image fournie par ce dispositif était suffisante pour poser un diagnostic.

Les résultats sont encourageants: 80% des dommages aux yeux, même minimes, ont pu être détectés grâce au dispositif et 100% des dommages avancés ont pu être détectés.

Ce dispositif pourrait être une avancée majeure dans le dépistage d’une complication importante du diabète. En fait, les chercheurs ont confirmé qu’un professionnel de la santé ayant reçu une formation de base peut apprendre à utiliser le dispositif. Le dépistage pourrait donc être fait facilement lors d’un rendez-vous médical et seuls les patients nécessitant une évaluation plus précise ou une intervention seraient référés à l’ophtalmologue.

Le projet BETTER souhaite favoriser l’accès aux nouvelles technologies et thérapies au Québec. 

Pour participer, inscrivez-vous au registre BETTER.

Références

%d bloggers like this: