Qu’est ce que le projet BETTER et comment est-il financé?

Le projet BETTER réunit des patients-partenaires qui vivent ou dont l’enfant vit avec le diabète de type 1, des chercheurs, des professionnels de la santé et des décideurs afin de faire avancer la recherche, améliorer les pratiques cliniques, les traitements et la qualité de vie des personnes qui vivent avec le diabète de type 1. 

Dans le cadre de ce projet, un registre de personnes qui vivent avec le diabète de type 1 a été lancé au Québec en 2019 et compte déjà près de 1 000 personnes inscrites. Ce registre s’inscrit dans le cadre de la recherche et comporte des questionnaires à remplir dans le but de mieux identifier les besoins et les réalités en lien avec le diabète de type 1. Il est disponible en ligne sur le site du projet au www.type1better.com.

Les adultes inscrits au registre qui ont complété tous les questionnaires ont la possibilité de participer à une étude pour valider l’utilité d’une plateforme de formation en ligne gratuite développée par des experts. Cette plateforme contient de l’information personnalisée et spécifique au diabète de type 1 et vise à améliorer la gestion des glycémies.

Le projet BETTER inclut aussi d’autres projets de recherches cliniques pour prévenir ou traiter l’hypoglycémie. Pour plus d’information, vous pouvez visiter le site web ou vous inscrire à l’infolettre.

Un projet financé par les IRSC et la FRDJ.

Les Instituts de Recherche en Santé du Canada (IRSC), en partenariat avec la FRDJ, ont accordé une subvention de trois millions de dollars à ce projet de recherche.

Répartie sur quatre ans (2018-2022), cette subvention est issue de la Stratégie de Recherche Axée sur le Patient (SRAP) des IRSC. «Les chercheurs canadiens sont connus dans le monde entier pour leur travail sur le diabète et ses complications. La SRAP vise à s’assurer que le bon patient reçoit la bonne intervention au bon moment. Ce partenariat avec la FRDJ soutient la recherche novatrice visant à améliorer les traitements pour les personnes atteintes de diabète de type 1 tout en renforçant l’environnement pour les essais cliniques au Canada», a déclaré Norman Rosenblum, directeur scientifique de l’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète des IRSC.

Une collaboration entre plusieurs acteurs des milieux public et privé.

La transparence sur le financement des recherches est extrêmement importante. En plus des fonds publics, le projet reçoit des dons sans restrictions de différentes compagnies pharmaceutiques (Lilly, Novo Nordisk, Sanofi). À ce jour, ces compagnies ont bonifié de 10% le budget du projet BETTER. Ces fonds sont nécessaires afin de compléter le financement reçu et assurer la pérennité du projet BETTER au-delà de la période de financement initiale de 4 ans. Il s’agit de dons octroyés sans condition qui n’ont donc pas d’impact sur l’intégrité du projet

Vous ou votre enfant vivez avec le diabète de type 1 au Québec et aimeriez participer?

Sachez que toutes les données personnelles recueillies dans le cadre du projet BETTER sont confidentielles et ne seront communiquées à aucun autre parti. Ce projet a été approuvé par le comité d’éthique du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM).

Vous pouvez vous rendre sur notre site au www.type1better.com afin de participer au registre et en apprendre davantage.