fbpx

Les inhibiteurs du SGLT2: des médicaments prometteurs pour le diabète de type 1?

Le rôle principal des reins est de filtrer les déchets métaboliques du sang afin d’acheminer tout ce dont votre corps n’a pas besoin vers la vessie. Toutefois, lors de la première phase de filtration, certains éléments essentiels comme le glucose sont filtrés. Ainsi, lorsque la glycémie est inférieure à 10-12 mmol/L, les reins vont ré-absorber tout le glucose avant que l’urine n’arrive dans la vessie.

Il existe des médicaments qui peuvent bloquer cette réabsorption du glucose, pour que celui-ci passe dans l’urine plutôt que dans le sang, diminuant ainsi le taux de glucose sanguin. Ces médicaments sont l’empagliflozine, la dapagliflozine et la canagliflozine. Ils sont classés comme des inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (i-SGLT2) et peuvent aider les personnes vivant avec le diabète de type 2 (DT2) à mieux réguler leurs glycémies. De nouvelles données suggèrent qu’ils pourraient également servir au contrôle du diabète de type 1 (DT1).

Médicaments reconnus et approuvés pour les personnes vivant avec le diabète de type 2

Les personnes vivant avec le DT2 vivent généralement avec d’autres comorbidités, comme l’obésité, et sont à haut risque de maladies rénales et cardiaques. Une bonne gestion du DT2 permet de prévenir à long terme certaines de ces complications.

Plusieurs recherches ont démontré les bienfaits de la prise d’un i-SGLT2 pour ces individus. En plus d’offrir, en moyenne, un meilleur contrôle glycémique, une perte de poids et une baisse de la pression artérielle, cette classe de médicaments diminue significativement les risques de développer des complications rénales et cardiovasculaires. Par exemple, les i-SGLT2 réduisent les hospitalisations en lien avec l’insuffisance cardiaque et limitent la progression d’une maladie rénale préexistante.

Utilisation potentielle pour le diabète de type 1

Compte tenu du mode d’action qui n’implique pas l’insuline et du succès des i-SGLT2 pour les personnes vivant avec le DT2, des chercheurs ont étudié la sécurité et l’efficacité de ces médicaments pour les individus vivant avec le diabète de type 1. Plusieurs éléments restent à considérer, mais les résultats sont encourageants. 

Une étude a démontré notamment une diminution de l’hémoglobine glyquée (Hb1AC) d’environ 0,5% chez des participants vivant avec le DT1, sans augmenter le risque d’hypoglycémie. De plus, les effets bénéfiques sur le poids, le système rénal et le système cardiovasculaire observés chez les personnes vivant avec le DT2 pourraient aussi se manifester chez les personnes vivant avec le DT1.

Il y a cependant des risques potentiels à explorer. Le principal est une augmentation du risque de mycose génitale (vaginite chez la femme ou balanite chez l’homme). D’autre part, la diminution d’insuline requise lors de la prise d’un i-SGLT2 pourrait provoquer un autre effet secondaire rare, mais préoccupant : l’acidocétose diabétique. Une acidocétose diabétique est une situation d’urgence se produisant lorsque le corps manque d’insuline et qu’il ne peut plus utiliser le glucose comme source d’énergie principale. Il se sert alors d’une autre source d’énergie : les réserves de gras. Cette utilisation massive provoque des déchets appelés «corps cétoniques» qui, en grande quantité, peuvent être toxiques pour le corps. Voir les PDF de BETTER sur la gestion des corps cétoniques.

Avec un i-SGLT2, l’acidocétose diabétique peut se produire à des valeurs de glycémies beaucoup plus basses, rendant la détection plus difficile

À qui pourrait s’adresser ce médicament?

Une étude a mis sur pied un outil afin de guider les professionnels de la santé à la prescription d’un i-SGLT2 ou non. Pour le moment, ces médicaments ne sont pas accessibles pour les personnes vivant avec le DT1 au Canada; cet outil est donc théorique pour les individus canadiens. Certains pays, par exemple en Europe, ont cependant déjà donné des autorisations.

En résumé, les i-SGLT2 pourraient être prescrits aux individus qui:

  • Ont entre 18 et 75 ans;
  • S’engagent à effectuer une surveillance adéquate des corps cétoniques et de la glycémie;
  • Ont une bonne fonction rénale;
  • Présentent un surpoids (Indice de Masse Corporelle > 27). Ces individus sont plus à risque de maladies cardiovasculaires et rénales et pourraient bénéficier de la perte de poids;
  • S’injectent une dose quotidienne d’insuline de plus de 0,5 unités/ kg. Au-dessus de cette dose, le risque d’acidocétose semble plus faible.

Une décision de Santé Canada pour l’utilisation de cette classe de médicament pour le DT1 est attendue dans la prochaine année. 

Le projet BETTER souhaite actualiser les meilleurs traitements pour le diabète de type 1 au Québec.

Pour participer, inscrivez-vous au registre BETTER!

Références

  • Diabète Canada. (2015). Inhibiteur du SGLT2 [PDF file]. Retrieved from http://guidelines.diabetes.ca/CDACPG/media/documents/patient-resources/fr/Medication_List_SGLT2_FR_Sept14_v3.pdf 
  • Evans, M., Hicks, D., Patel, D., Patel, V., Mcewan, P., & Dashora, U. (2019). Optimising the Benefits of SGLT2 Inhibitors for Type 1 Diabetes. Diabetes Therapy, 11(1), 37-52. doi:10.1007/s13300-019-00728-6
  • Mathieu, C., Van Den Mooter, L., Eeckhout, B. (2019). Empagliflozin in type 1 diabetes. Diabetes, Metabolic Syndrome and Obesity: Targets and Therapy 2019:12 1555–1561 1. https://doi.org/10.2147/DMSO.S194688
  • Santé Canada. (2017). Inhibiteurs du SGLT2 [INVOKANA (canagliflozine), FORXIGA (dapagliflozine), XIGDUO (dapagliflozine/metformine), JARDIANCE (empagliflozine)] – Risque d’acidocétose diabétique. Retrieved from https://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2016/58404a-fra.php
  • Zelniker, T. A., Wiviott, S. D., Raz, I., Im, K., Goodrich, E. L., Bonaca, M. P., . . . Sabatine, M. S. (2019). SGLT2 inhibitors for primary and secondary prevention of cardiovascular and renal outcomes in type 2 diabetes: A systematic review and meta-analysis of cardiovascular outcome trials. The Lancet, 393(10166), 31-39. doi:10.1016/s0140-6736(18)32590-x
%d bloggers like this: