Points forts du congrès ATTD 2020

Du 19 au 22 février 2020 se tient le congrès annuel ATTD (Advanced Technologies & Treatment for Diabetes) à Madrid (Espagne). Ce congrès présente les dernières recherches en terme de technologies et de thérapies pour le traitement du diabète. 

Voici certaines nouvelles qui ont retenu l’attention de l’équipe BETTER:

  • Un nouveau pancréas artificiel en développement. La compagnie E. Lilly a présenté les données d’un nouveau pancréas artificiel associant une nouvelle pompe à insuline de petite taille (compagnie DEKA), un lecteur de la glycémie en continu (DEXCOM G6) et une application sur le téléphone. Les performances lors de cette étude sur 48h qui impliquait 20 participants adultes sont bonnes, avec 85% du temps passé dans la cible glycémique (4 à 10 mmol/L) sur 24h. Ce chiffre monte jusqu’à 97% la nuit. De plus, le temps passé en hypoglycémie (en bas de 4,0 mmol/L) est faible, soit en moyenne 3.1% du temps sur 24h et 0,8% pendant la nuit. Auteurs Amy K. Bartee, & al
  • Limiter les oublis de doses d’insuline au moment du repas. Une étude a testé une application sur une montre Apple Watch qui a permis de réduire significativement le nombre de bolus d’insuline oubliés chez des adolescents au moment du repas. L’application détecte les mouvements du bras compatibles avec la prise d’un repas ainsi que la montée rapide de la glycémie mesurée par un lecteur de la glycémie en continu, et permet donc d’avertir la personne pour éviter l’oubli. L’application a détecté les doses d’insuline oubliées 18 min plus tôt que le lecteur de la glycémie en continu, et cela s’est traduit par une baisse de 0,5% de l’hémoglobine glyquée (A1C). Auteurs Rayhan Lal & al
  • Glucagon nasal. Une étude a montré que cette forme de glucagon destinée à traiter les hypoglycémies sévères est beaucoup plus facile à administrer que la forme classique injectable. Ainsi un proche pourrait administrer ce traitement d’urgence, même sans avoir reçu de formation préalable. En effet, environ 90% des proches seraient capables d’administrer le glucagon nasal avec ou sans formation préalable. Pour comparaison, seulement 16% seraient en mesure d’administrer le glucagon injectable même après avoir reçu une formation et aucun ne seraient en mesure de le faire sans formation. Auteurs Christopher J. Child, & al
  • La vie intime avec le diabète et la technologie. Plus de 60% des personnes qui vivent avec le diabète de type 1 rapportent un impact négatif du diabète sur leurs relations intimes. La gestion en lien avec les technologies (capteurs de glycémie en continue, cathéters de pompe à insuline), mais également les marques laissées par les injections, etc., semblent y contribuer. Plus de 40% des hommes et 60% des femmes aimeraient trouver des ressources pour les aider. Auteurs Amy Winchcombe & al
  • Utilisation des flèches de tendance pour prévenir les hypoglycémies induites par l’exercice.  Les lecteurs de la glycémie en continu affichent des flèches de tendance qui permettent de prédire la variation de la glycémie. Une équipe italienne montre qu’en plus de la réduction des doses d’insuline avant l’activité physique, tenir compte des flèches de tendance pour ajuster la prise de glucides permettrait de réduire le risque d’hypoglycémie induit par l’activité physique. Auteurs Ivana Rabbone & al
  • Combien de glycémies capillaires sont nécessaires pour bénéficier d’un lecteur de la glycémie en continu? Certaines compagnies d’assurances et certains professionnels de la santé pensent que seuls les personnes qui font beaucoup de glycémies capillaires bénéficient d’un lecteur de la glycémie en continu. Une étude américaine incluant plus de 7000 participants confirme que les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 qui utilisent un lecteur de la glycémie en continu réduisent le nombre d’hypoglycémies et d’hyperglycémies et ce, peut importe le nombre de glycémie capillaire qu’elles faisaient auparavant. Auteurs Matthew S. Kerr & al
  • Y-a-t’il un niveau de connaissance nécessaire pour bénéficier d’un lecteur de la glycémie en continu?  Certaines compagnies d’assurances et certains professionnels de la santé pensent que seuls les personnes qui ont un très bon niveau de connaissance en lien avec le diabète de type 1 peuvent bénéficier des avantages d’un lecteur de la glycémie en continu. Une étude Belge incluant près de 900 participants démontre que cette perception est erronée. En effet, les bénéfices obtenus grâce aux lecteurs de la glycémie en continu ne seraient pas influencés par le niveau de connaissance de la personne. Néanmoins le niveau de connaissance moyen était élevé dans cette étude. En savoir davantage est certainement utile mais pas nécessairement déterminant pour profiter des bénéfices de la lecture en continue de la glycémie. Auteurs B Broos & al
  • L’insuline Lispro (Humalog) modifiée pour la rendre ultra rapide. Cette insuline contient une molécule additionnelle pour rendre son absorption plus rapide. Une étude sur 200 participants dont la moitié utilise l’insuline classique et l’autre moitié l’insuline modifiée, indique que la forme modifiée permettrait d’obtenir de meilleures glycémies après les repas. Cette amélioration de la glycémie après le repas permettrait de passer 43 minutes de plus dans la cible (4,0 à 10,0 mmol/L) sur 24h, sans augmenter le temps en hypoglycémie. Auteurs J  Bue-Valleskey & al
  • Faire plus de bolus de correction lorsqu’on utilise une pompe permet de faciliter l’atteinte des cibles glycémiques. Une compagnie de pompe à insuline a analysé la relation entre la valeur de la glycémie et le nombre de bolus d’insuline par jour (repas et corrections) grâce aux données des téléchargements. Le nombre de bolus observé sur plus de 4000 personnes serait en moyenne de 5,2 par jour. Le pourcentage de temps passé dans la cible (4 à 10 mmol/L) augmenterait avec le nombre de bolus de 39% (3 bolus par jour), à 55% (8 bolus ou plus par jour). En revanche, le temps passé en hypoglycémie sérieuse (moins de 3,0 mmol/L) diminuerait de 2,8% (3 bolus par jour) à 1,7% (8 bolus ou plus par jour). La diminution du temps passé en hypoglycémie malgré le nombre élevé de bolus par jour laisse penser que les personnes qui font beaucoup de bolus sont aussi très impliquées et possèdent un niveau de connaissance élevé dans la gestion du diabète de type 1. Auteurs Irl B. Hirsch & al
  • Lecteur de la glycémie en continu Freestyle Libre: le nombre de scan quotidien impacte la gestion de la glycémie. Sur environ 23000 personnes utilisant le lecteur Freestyle Libre en Espagne, on observe une moyenne de 13 scans par jour. Selon les données observées, plus le nombre de scan est important moins la glycémie varie, moins il y a de temps en hypoglycémie et plus il y a de temps passé dans les cibles glycémiques. Cette étude rapporte aussi que le nombre moyen de glycémie capillaire serait de une glycémie tous les 2 jours. Auteurs Fernando Gomez-Peralta & al

Le projet BETTER réunit des patients-partenaires qui vivent ou dont l’enfant vit avec le diabète de type 1, des chercheurs, des professionnels de la santé et des décideurs afin de faire avancer la recherche, améliorer les pratiques cliniques, les traitements et la qualité de vie des personnes qui vivent avec le diabète de type 1. 

Vous ou votre enfant vivez avec le diabète de type 1 au Québec? 

Participez et inscrivez-vous au registre BETTER sur notre site au:

www.type1better.com