Équipe

Investigateurs principaux


Rémi Rabasa-Lhoret, MD, PhD

Rémi Rabasa-Lhoret est médecin endocrinologue à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) et au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), directeur de la clinique de diabète et de l’unité de recherche sur les maladies métaboliques à l’IRCM et professeur titulaire à l’Université de Montréal. Son programme de recherche sur le diabète de type 1 vise principalement à réduire la fréquence et les conséquences des hypoglycémies : 1) tester différentes stratégies pour prévenir l’hypoglycémie induite par l’exercice; 2) tester l’efficacité du pancréas artificiel externe pour contrôler la glycémie; 3) étudier les conséquences de l’hypoglycémie sur le cœur; 4) évaluer si les recommandations de traitement de l’hypoglycémie devraient être revues; 5) Constituer un registre d’individus atteints du diabète de type 1 au Québec et optimiser l’utilisation des nouvelles technologies et thérapies pour prévenir l’hypoglycémie. Son équipe étudie aussi des moyens pour augmenter la durée de vie du cathéter de la pompe à insuline. Le groupe de recherche qu’il dirige a publié plus de 300 articles, présenté des données dans plus de 100 conférences et supervisé 45 étudiants aux études supérieures. Il est récipiendaire de nombreux prix et distinctions dont le prix de la recherche 2017 de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Anne-Sophie Brazeau, Dt.P. PhD

Anne-Sophie Brazeau est professeure adjointe et directrice du programme Éducation et pratique en diététique à l’École de nutrition humaine de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement de l’Université McGill. Elle est diététiste et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ), où elle participe à plusieurs comités, dont la révision du manuel de nutrition clinique. Son programme de recherche se concentre sur les stratégies visant à améliorer les comportements de santé des personnes vivant avec le diabète de type 1 pour optimiser leur maîtrise de la maladie et de ses complications, mais aussi sur le développement préventif du diabète de type 2 chez les populations à risque. Elle a reçu le Prix Engagement 2017 – Lussier Dale Parizeau de l’OPDQ.

André Carpentier, MD

André Carpentier est médecin au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), directeur de l’axe de recherche sur le diabète, l’obésité et les complications cardiovasculaires au Centre de recherche du CHUS et professeur titulaire au département de médecine de l’Université de Sherbrooke. Son programme de recherche translationnelle vise à promouvoir une meilleure prise en charge du diabète et des désordres lipidiques grâce aux innovations en imagerie moléculaire développées et mises au point au sein de son laboratoire. Dr Carpentier a publié plus de 300 résumés et communications révisés par les pairs et 130 publications révisées par les pairs. Il est le récipiendaire de nombreuses distinctions et prix et il a été récemment élu Membre de l’Académie Canadienne des Sciences de la Santé.

Kaberi Dasgupta, MD, M. Sc.

Kaberi Dasgupta est directrice du Centre de recherche et d’évaluation des résultats (CORE) de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Elle est médecin spécialiste et dirige un vaste programme de recherche sur les déterminants comportementaux et sociaux de la prévention et de la gestion du diabète. Elle a dirigé l’essai SMARTER qui a démontré que les ordonnances de nombre de pas quotidien peuvent augmenter le nombre de pas et réduire le taux d’A1C dans le diabète de type 2. Cela a été incorporé dans les Lignes directrices de pratique clinique 2018 de Diabète Canada. Ses études ont démontré que le diabète gestationnel et l’hypertension gestationnelle présentent des risques individuels et additionnels de diabète, non seulement chez les mères mais aussi chez les pères. Elle a mené de nouvelles études sur la prévention du diabète en milieu familial. Elle a examiné la stigmatisation chez les jeunes atteints de diabète de type 1 et a créé un réseau virtuel pour le soutien des pairs. Ses études sont financées par les IRSC, Diabète Canada, la Fondation Lawson, la Fondation Medavie et la Fondation des maladies du coeur du Canada. Elle a publié plus de 100 articles évalués par des pairs et a reçu le prix Jacques de Champlain de la Société québécoise d’hypertension artérielle en 2012 et le prix d’excellence en cardiologie préventive de la Fondation des maladies du cœur du Québec en 2013. Elle a a obtenu le prix de nouveau chercheur des IRSC et a été  chercheur clinicien principal au FRQS.

Claudia Gagnon, MD

Claudia Gagnon est médecin endocrinologue au Centre Hospitalier Universitaire de Québec-Université Laval (CHU de Québec), chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec ainsi qu’au Centre de recherche de l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec et professeur agrégé au département de médecine de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Dr Gagnon est également chercheur associé à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l’Université Laval. Ses travaux se concentrent sur l’impact de l’obésité, du diabète et d’autres désordres endocriniens (et de leurs traitements) sur la santé osseuse. Dr Gagnon a reçu plusieurs prix pour ses travaux de recherche, dont le prix de la recherche 2017 de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, un prix jeune chercheur 2015 de l’American Society for Bone and Mineral Research, et un prix lors de l’International Symposium on Nutritional Aspects of Osteoporosis, en 2015.

Mélanie Henderson, MD, PhD

Mélanie Henderson est une pédiatre endocrinologue – chercheure du CHU Sainte-Justine détenant un doctorat en épidémiologie de l’Université McGill. Ses intérêts de recherche portent principalement sur la santé métabolique, les maladies cardiovasculaires et l’étiologie de l’obésité chez les enfants, et leur prévention. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’influence des habitudes de vie (activité physique, sédentarité, alimentation, sommeil) sur la santé métabolique, et ce, dans diverses populations, incluant les enfants en santé, ainsi que ceux avec le diabète (type 1 et type 2). Elle est aussi co-directrice du centre CIRCUIT du CHU Sainte-Justine (Centre pédiatrique d’intervention en prévention et en réadaptation cardiovasculaires), qui propose des stratégies novatrices de traitement ou de prévention des maladies cardiovasculaires chez l’enfant.

Laurent Legault, MD

Laurent Legault est professeur adjoint spécialisé en endocrinologie au département de pédiatrie de l’Université McGill et chef de la clinique du diabète à l’Hôpital de Montréal pour enfants. Le Dr Legault est reconnu au Canada pour ses travaux cliniques avec les enfants vivant avec le diabète de type 1 et pour son rôle de pionnier dans l’utilisation des pompes à insuline au Québec. Il a été le premier directeur médical du centre de pompes à insuline de l’Hôpital de Montréal pour enfants, un centre autonome dédié à l’enseignement des familles d’enfants traités par pompe à insuline. Il a été l’un des chefs de file d’un projet pilote mandaté par le gouvernement pour la mise en œuvre d’un programme de pompe à insuline pédiatrique financé par le gouvernement provincial. Le Dr Legault a participé à des essais multicentriques portant sur la prévention du diabète de type 1 et les interventions axées sur l’exercice dans le domaine de l’obésité chez les enfants et a participé au développement d’un pancréas artificiel.

Meranda Nakhla, MD, M.Sc.

La Dre Meranda Nakhla est endocrinologue pédiatrique, professeure adjointe à l’Université McGill et clinicienne chercheuse du Fonds de recherche Québec-Santé (FRQS) à l’Hôpital de Montréal pour enfants, Centre universitaire de santé McGill.  Ses recherches portent sur l’accès aux soins de santé et leur utilisation chez les enfants et les adolescents atteints de diabète de type 1. Elle possède une expertise dans l’utilisation des données administratives sur la santé pour générer des résultats et dans la transition des soins pédiatriques aux soins adultes. Les résultats de ses études visent à identifier les besoins de soins de santé des enfants et des jeunes avec le diabète et à informer de la meilleure façon de fournir des soins, y compris des soins de transition pour les jeunes adultes. Elle est récipiendaire des bourses Chercheur-Boursier Clinicien du FRQS junior et de fonctionnement, de Diabète Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Bruce Perkins, MD, MPH

Bruce Perkins est professeur, endocrinologue et clinicien-chercheur en complications du diabète à l’Université de Toronto, nommé à la Faculté de médecine et à l’Institut de la santé, des politiques, de la gestion et de l’évaluation. Il est titulaire de la chaire de recherche clinique sur le diabète de la famille Sam et Judy Pencer. Ses travaux de recherche portent sur les biomarqueurs précoces des complications du diabète et sur les interventions de prévention des complications, notamment les technologies du pancréas artificiel et les thérapies d’appoint à l’insuline. En 2015, il a reçu le prix du jeune scientifique de Diabète Canada et des IRSC. Parmi les autres projets financés par le NIH, la FRDJ et Diabète Canada, il dirige un groupe Innovations dans le diabète de type 1 au sein de Action diabète Canada, une stratégie de recherche nationale axée sur le patient.

Cynthia Turcotte, PhD

Cynthia Turcotte détient une maîtrise en psychologie clinique spécialisée en enfance et adolescence ainsi qu’un doctorat recherche-intervention spécialisé en psychologie de la santé. De 2007 à 2015, elle a été psychologue de la santé en milieu hospitalier auprès d’adultes atteints de maladies physiques chroniques. Dans le cadre de ses fonctions, elle a donné en collaboration avec des équipes multidisciplinaires (nutritionniste, médecin, infirmière, pharmacien) des cours de groupe offerts aux personnes diabétiques et qui abordaient l’adaptation psychologique à la maladie physique. Elle est également conférencière et auteure. Elle a entre autres collaboré à la rédaction de publications sur des thèmes tels que le diabète et les troubles du spectre de l’autisme.  Au fil des ans, elle a donné plusieurs conférences sur des thèmes variés dont notamment sur l’adaptation psychologique à la maladie physique chronique et sur la psychologie de l’enfant et de l’adolescent.

Personnel de recherche

Virginie Messier M.Sc.

Coordonnatrice de recherche, Institut de recherches cliniques de Montréal.
Virginie a obtenu un baccalauréat en sciences biomédicales à l’Université de Montréal en 2006. Elle a ensuite réalisé une maîtrise en nutrition à l’Université de Montréal. En 2009, elle s’est jointe à l’équipe de recherche du Dr Rabasa-Lhoret en tant qu’assistante de recherche. Depuis 2013, Virginie coordonne le programme de recherche sur le pancréas artificiel externe du laboratoire de Dr Rabasa-Lhoret. En 2015, elle y a également pris sous sa responsabilité toutes les activités de recherche académique en diabète de type 1.

Amélie Roy-Fleming Dt.P., ÉAD, M.Sc.

Assistante de recherche, Université McGill
Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec depuis 2007 et Éducatrice agréée en diabète depuis 2010, Amélie a commencé sa pratique comme nutritionniste dans une communauté autochtone de la Baie-James de 2008 à 2012 où elle développe une expertise pour l’éducation en diabète. Elle poursuit ensuite sa carrière en santé publique chez Diabète Québec (de 2012 à 2016) et à titre de clinicienne à la Clinique universitaire de nutrition de l’Université de Montréal. Sa récente maîtrise en nutrition confirme son intérêt pour la recherche en diabète de type 1.

Sarah Haag, inf.

Assistante de recherche, Université McGill

Sarah a obtenu son diplôme d’infirmière clinicienne en France en 2011 avant d’arriver au Québec en 2013. De 2014 à 2018, elle a travaillé à la clinique d’endocrinologie du CHUM où elle assurait le suivi et la formation des personnes vivant avec le diabète de type 1 et 2. Elle a développé pendant ces quatre années une expertise et un intérêt accru pour l’éducation et l’accompagnement qui entourent le diabète de type 1.

Meryem K. Talbo Dt.P. M.Sc.

Assistante de recherche, Université McGill

Membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ) depuis 2017, Meryem a commencé sa pratique de nutritionniste dans divers milieux à Montréal et à l’étranger avec un penchant pour l’éducation en diabète. Elle continu son parcours dans l’enseignement du diabète et au-sein de la communauté grâce à son travail de coprésidente de la section montréalaise de de Diabète Canada et en poursuivant différentes opportunités de bénévolat avec la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile. Elle a également une maîtrise en nutrition qui a permis d’améliorer ses compétences en recherche.

Patients-partenaires


Aude Bandini

Aude a reçu son diagnostic de diabète de type 1 en 1991, et enseigne maintenant à l’Université de Montréal. Avec l’équipe de chercheurs et de patients du projet BETTER, elle aimerait aider les personnes vivant avec le diabète de type 1 à trouver des moyens simples, efficaces, sécuritaires pour éviter les hypoglycémies, et les surmonter quand elles arrivent.

 

 

Michel Dostie

Michel Dostie, diabétique de type 1 depuis près de 30 ans, souhaite faire valoir l’importance d’une approche sociale du diabète et d’une réflexion sur ses aspects sociologiques, éthiques et politiques. Il aimerait contribuer à un meilleur accès aux dernières avancées en matière de traitement du diabète de type 1 de même qu’à la consolidation de l’autonomie des personnes qui doivent gérer ce volet de leur vie.

 

Patricia Kearns

Patricia vit avec le diabète de type 1 depuis 35 ans. Elle aime représenter le point de vue de la patiente dans la recherche en santé, car elle sait combien il est important que les études se concentrent sur les véritables priorités des patients. Patricia est heureuse d’apporter son expérience combinée de la vie avec le diabète et sa connaissance de la recherche axée sur le patient au programme BETTER pour s’assurer que des recherches pertinentes sur les nouvelles technologies et le soutien éducatif et social puissent aider les personnes atteintes de diabète de type 1 à réduire les épisodes d’hypoglycémie et vivre une vie plus saine et plus heureuse!

Fati Merah

Fati est diabétique de type 1 depuis 2000 et est masso-kinesithérapeute. Elle est une femme très active qui pratique le triathlon et la course. Elle a également pratiqué le judo à un haut niveau. Par sa participation au projet BETTER, Fati espère partager son expérience de vie avec le diabète de type 1 et promouvoir la recherche sur le diabète de type 1.

 

 

Jacques Pelletier

Jacques est diabétique de type 1 depuis une quarantaine d’années. À titre de patient, il est suivi à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) depuis plusieurs années et a participé à quelques projets de recherche sur divers aspects du diabète. De plus, il a été administrateur en ressources humaines durant une vingtaine d’années dans des instituts québécois de recherche. Il espère que son vécu à titre de patient diabétique ainsi que son expérience professionnelle seront d’un apport positif pour la réussite du programme BETTER

 

Melinda Prévost

Melinda vit avec le diabète de type 1 depuis l’âge de 11 ans. Elle étudie à l’Université Concordia et y joue pour l’équipe de hockey. Melinda est à la tête des pairs aidants du Virtual Patients Network où les jeunes avec le diabète de type 1 peuvent communiquer entre eux pour offrir une variété de conseils pratiques et de santé. Sa contribution en tant que jeune femme vivant avec le diabète de type 1 sera importante pour le programme BETTER.

 

Monia Rekik

Monia Rekik est maman d’un enfant de 6 ans qui vit avec le diabète de type 1 depuis l’âge de 3 ans. Son enfant est très sensible à l’activité physique et n’est pas capable, la plupart du temps, de reconnaître ni d’apprivoiser les épisodes d’hypoglycémie. Elle espère que son expérience en tant que parent permettra au programme BETTER d’identifier des solutions pour des parents dans la même situation afin de mieux gérer les hypoglycémies de leurs enfants et d’en réduire la survenue. 

Sébastien Sasseville

Sébastien a été diagnostiqué avec le diabète de type 1 en 2002 soit lorsqu’il avait 22 ans. Son vécu en tant que patient atteint du diabète de type 1 ainsi que son expérience de conférencier en entreprise lui permettront de promouvoir la participation au registre BETTER et de participer à la dissémination des résultats de ce projet de recherche.

 

Michael Wright

Michael a été diagnostiqué avec le diabète de type 1 à l’âge de 16 ans et utilise une pompe à insuline depuis l’âge de 20 ans. Il aime courir et trouve que l’exercice est crucial dans sa vie. Cela l’aide non seulement à gérer sa glycémie, mais le garde également heureux. Il est passionné par le partage avec d’autres jeunes atteints de diabète. Il est étudiant en physiothérapie à l’Université McGill.

 

Co-investigateurs

Simon Bacon – Université Concordia

Claudia Blais – Institut National de Santé Publique du Québec

Jean-Marie Boutin – Centre Hospitalier de l’Université de Montréal

Jean-Pierre Després – Université Laval

Katherine Desjardins  Institut de recherches cliniques de Montréal

Isabel Fortier – Centre Universitaire de Santé McGill

Thierry Gaudet Savard – Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Antony Karelis – Université du Québec à Montréal

Daria O’Reilly – McMaster University

Éric Racine  – Institut de recherches cliniques de Montréal

Elham Rahme   – Centre Universitaire de Santé McGill

Michael Riddell – York University

John Weisnagel  Centre de recherche du  CHU de Québec

Créateurs de contenu et réviseurs du programme de formation SUPPORT

Inès Boukabous, M.Sc., Institut de recherches cliniques de Montréal

Étudiants


Li Feng Xie, Dt. P., M.Sc.

Étudiante au doctorat en nutrition, Université McGill

 

 

 

Nadine Taleb MD, M.Sc.

Candidate au doctorat, Université de Montréal