fbpx

Halloween et diabète de type 1: trucs et astuces pour la gestion de la glycémie

Octobre est déjà bien entamé, et nous allons bientôt célébrer une fête automnale populaire: l’Halloween. Pour de nombreuses familles, le 31 octobre est synonyme de bonbons, de croustilles et de chocolat. 

Pour les parents dont l’enfant vit avec le diabète de type 1 (DT1), cette fête peut représenter tout un casse-tête de gestion de la glycémie. 

Voici quelques trucs et astuces pour permettre à l’enfant de s’amuser et aux parents d’être rassurés.

Limiter l’impact sur la glycémie

Si vous et votre enfant souhaitez parcourir les rues pour récolter des bonbons, cela est tout à fait possible! Afin de réduire le risque d’hypoglycémie pendant la marche,  prévoyez servir à l’enfant un repas équilibré contenant des glucides, des protéines et des gras avant de partir. Assurez-vous de vérifier la glycémie régulièrement pendant l’activité et offrez-lui une collation au besoin. Une partie de cette collation (glucides) pourrait être des bonbons récoltés, et vous pourriez prévoir un complément (protéique) tel que des noix ou du fromage. Bref, en fonction de la durée, vous pouvez appliquer les mêmes stratégies que pour l’activité physique avant, durant et après cette marche.

Une fois que vous êtes de retour à la maison, voici comment allier consommation de friandises et gestion de la glycémie durant la soirée, mais également durant les jours qui suivent. En effet, puisque les bonbons (jujubes, suçons, gommes ballounes, etc.) sont composés en majeure partie de sucres à action rapide, ils font monter la glycémie plus rapidement que des glucides complexes ou des fibres. On observe généralement un décalage entre le moment où l’insuline agit et celui où la glycémie augmente. Cela peut donc provoquer une hyperglycémie lorsque les glucides arrivent dans le sang avant l’insuline, et provoquer une hypoglycémie lorsque l’insuline atteint son effet maximal alors que les glucides sont déjà absorbés

Vous pourriez par exemple:

  • Demander à votre enfant de choisir quelques bonbons qu’il pourra consommer le soir même comme collation, combinés à une source de protéines.
  • Demander à votre enfant de sélectionner et mettre de côté des bonbons qui seront dédiés aux traitements d’hypoglycémies des semaines à venir. Pour cela, assurez-vous de choisir des friandises contenant uniquement des glucides à action rapide (p. ex. exclure les croustilles ou chocolats) et de les diviser en portions contenant la quantité de glucides que vous utilisez habituellement pour traiter une hypoglycémie. Le plus souvent, 15 g de glucides sont recommandés.
  • Afin de minimiser les fluctuations de la glycémie, les bonbons pourront ensuite être consommés à la fin d’un repas. Pour ce faire, prévoyez avec votre enfant les bonbons qu’il pourra prendre en dessert afin de prévoir la dose d’insuline du repas. 

Après la journée de fête, vous pouvez ranger les bonbons dans une armoire fermée afin de diminuer les tentations et tranquillement revenir à vos habitudes alimentaires normales.

Voici une liste des valeurs nutritives de certaines friandises. Si la friandise que vous cherchez ne se trouve pas dans cette liste, vous pouvez rechercher sa valeur nutritive sur Internet. 

Fêter l’Halloween d’une autre façon

Même si la tradition veut que l’enfant aille récolter et manger des friandises, il est également possible de créer des traditions familiales qui ne portent pas sur les friandises. Voici quelques exemples qui pourraient permettre de rediriger l’attention de l’enfant:

  • regarder des films d’Halloween;
  • choisir une citrouille, la décorer et éventuellement la cuisiner;
  • se costumer, se maquiller et prendre des photos;
  • préparer des sacs surprise avec des gâteries non comestibles (p.ex. tatouages temporaires, autocollants, crayons).

À vous d’inventer votre tradition familiale! 

Ces conseils ne sont que des exemples pour limiter l’impact des friandises sur la glycémie. À vous de voir ce qui fonctionne pour votre enfant. Dans tous les cas, il est normal que votre enfant consomme plus de bonbons qu’à l’habitude durant cette occasion. En évitant de mettre trop en évidence les risques et en proposant des stratégies pour réduire les risques d’hypo ou d’hyperglycémie, vous l’aiderez à développer une saine relation avec la nourriture. Il faut se rappeler que la fête d’Halloween est une occasion spéciale et qu’elle doit  rester une expérience positive pour l’enfant et toute la famille.

Joyeuse Halloween!

Participez à la recherche!

Inscrivez votre enfant au registre (sorte de recensement) des personnes (adultes et enfants) vivant avec le diabète de type 1 au Québec.

Ce registre compte déjà plus de 2000 personnes et vise à offrir une meilleure représentation du diabète de type 1 (nombre de personnes, enjeux, problématiques, etc.).

Il s’agit d’un questionnaire unique à compléter qui vous donnera l’accès aux webinaires que nous organisons.

Inscription »

Références

%d bloggers like this: