fbpx

Don du sang et diabète de type 1

Héma-Québec est l’organisme responsable de la collecte et de l’approvisionnement en produits sanguins de l’ensemble du Québec. Il a pour rôle de fournir les composants et les substituts sanguins, les tissus humains et du sang de cordon, de qualités optimales, sécuritaires, et en quantités suffisantes pour répondre aux besoins de la population québécoise. Le reste du Canada fonctionne avec un organisme différent, appelé la Société canadienne du sang.

Il existe de nombreux critères (âge, allergies, poids, prise de certains médicaments, etc.)  pour établir si une personne peut ou non donner du sang.

Les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1) s’injectent de l’insuline plusieurs fois par jour (ou utilisent une pompe à insuline) pour remplacer l’absence de production d’insuline, une hormone indispensable à la régulation de la glycémie (taux de sucre dans le sang). Entre l’usage des aiguilles et le défi de maintenir un taux de sucre raisonnable dans le sang, il est donc normal de se demander s’il est possible de donner du sang lorsqu’on vit avec le DT1.

Au Québec, les personnes vivant avec le DT1 ne sont pas éligibles au don du sang.

Selon les critères d’Héma-Québec, les personnes qui vivent avec le diabète et qui sont traitées par administration d’insuline ne peuvent pas donner du sang. 

Il est cependant difficile d’identifier la raison de ce refus. 

L’une des raisons et probablement la principale, serait le risque potentiel de transmission d’une maladie du sang au receveur, puisque la personne qui vit avec le DT1 fait l’usage d’aiguilles de façon plus ou moins quotidienne. Il n’y a cependant aucune étude pour démontrer la présence de ce risque.

Certains évoquent également la restriction générale établie dans les années 1980, provenant du risque de transmission de la maladie de la vache folle (ou de la variante humaine de la maladie de la vache folle, appelée maladie de Creutzfeld-Jakob). En effet, jusqu’au début des années 1980, les insulines les plus largement utilisées étaient des insulines animales, produites à base de bœuf ou de porc. C’est seulement vers la fin des années 90 que les compagnies ont cessé de produire de l’insuline animale. Depuis, les personnes vivant avec le DT1 au Canada utilisent des insulines synthétiques. 

Le don du sang est maintenant possible dans le reste du Canada

Depuis le 15 mars 2021, et grâce au travail de sensibilisation de Diabète Canada, il est désormais possible pour les personnes vivant avec le DT1 de donner du sang dans les autres provinces canadiennes.

Pour être acceptées, les personnes ne doivent pas avoir subi d’événement de santé aigu dans les trois mois précédant le don de sang. Un événement aigu serait défini comme un épisode d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) ou d’hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang) qui a nécessité l’aide d’une autre personne pour le traiter. Ici encore le rationnel pour justifier ces limitations est obscur.  

Depuis la modification des critères d’admissibilité dans le reste du Canada, de nombreux adultes vivant avec le DT1 ont pu répondre à l’appel du don du sang. Reste à savoir si Héma-Québec va suivre le pas et autoriser les personnes qui vivent avec le DT1 au Québec à participer elles aussi, à sauver des vies! Des organismes comme Diabète Québec font des représentations dans ce sens.

Ces limitations soulignent les multiples stigmatisations dont sont victimes les patients qui vivent avec le diabète de type 1. Le registre BETTER mesure cet aspect très important et trop souvent négligé.

Vous (ou votre enfant) n’êtes pas encore inscrits au registre BETTER?

Apprenez en plus et inscrivez vous ici  »

Références: 

%d bloggers like this: