fbpx

Comment interpréter l’information des étiquettes nutritionnelles

L’apprentissage du calcul des glucides est une étape bien connue des personnes vivant avec le DT1 pour calculer la dose d’insuline au moment d’un repas. Cependant, même après des années de pratique, le calcul des glucides reste un défi pour beaucoup de personnes. 

Une étude québécoise a effectivement démontré que les individus sous-évaluent généralement leur décompte de glucides d’environ 15 g par repas. Cette sous-estimation pourrait s’expliquer par une erreur de calcul, ou par une décision volontaire, comme par exemple pour réduire le risque d’hypoglycémie. 

L’étude démontre cependant, qu’un décompte des glucides précis aide à diminuer la variabilité des glycémies, et à favoriser une meilleure hémoglobine glyquée (HbA1c). 

Nous sommes bombardés d’informations et d’options à l’épicerie, il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire les bons choix. Pour les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1), les informations des étiquettes nutritionnelles sont souvent un atout précieux pour la gestion des glycémies.

Les glucides, les sucres et les fibres indiqués sur l’étiquette nutritionnelle 

Un regard sur l’étiquette nutritionnelle donne un aperçu rapide du nombre de glucides à considérer pour un aliment. Les glucides sont détaillés en deux parties:

  • Les sucres représentent les sucres simples qui sont soit présents naturellement ou ajoutés. Ils sont inclus dans les glucides et donc ne doivent pas être ajoutés aux glucides totaux. 
  • Les fibres sont des glucides non digérés par l’organisme. Ils ne passeront pas du tube digestif à la circulation sanguine et n’augmenteront donc pas la glycémie. C’est pourquoi ils doivent être soustraits du décompte total de glucides

Ainsi, pour calculer le nombre de glucides à considérer pour un aliment, on soustrait les fibres des glucides. 

Par exemple, dans l’étiquette de pain suivante, pour 2 tranches de pain, 28 g (31 g de glucides moins 3 g de fibres) de glucides devraient être calculés dans le calcul des glucides:  

Même s’il ne faut pas les additionner aux glucides, les sucres peuvent favoriser une montée rapide de la glycémie parce qu’ils sont digérés et absorbés rapidement. Éviter les excès peut donc contribuer à réduire la montée de la glycémie après les repas.

Pour les fibres, notre alimentation n’en contient généralement pas assez. Au canada les besoins de fibres ont été fixés à 25 grammes par jour chez les femmes et à 38 grammes par jour chez les hommes. Un apport élevé en fibres peut contribuer à réduire la montée de la glycémie après les repas mais aussi réduire le cholestérol dans le sang, et la constipation. Cet apport élevé peut aussi limiter la sensation de faim entre les repas.

Autres informations sur les emballages

Attention à certaines astuces commerciales. En effet, certaines compagnies ajoutent la mention «sans sucre ajouté», mais cela ne signifie pas que l’aliment ne contient pas de glucides. Cela veut simplement dire que la compagnie n’a pas ajouté de sucre supplémentaire à ceux déjà naturellement présents dans l’aliment.

De plus, certaines indications peuvent apparaître sur les emballages, voici quelques exemples.

  • Sans gluten: Cette indication est très utile pour les personnes vivant avec la maladie coeliaque. Cependant, il n’y a pas d’indication ou de recommandation de limiter sa consommation de gluten si vous n’avez pas de diagnostic de maladie coeliaque. De plus, les produits sans gluten contiennent généralement davantage de glucides, ou encore des glucides qui s’absorbent plus rapidement, que dans les produits équivalents avec gluten. Un peu moins de 10% des personnes qui vivent avec le diabète développent aussi la maladie coeliaque. 
  • Biologique: La certification «biologique» indique que l’aliment a été produit sans pesticides, antibiotiques ou hormones. Par contre, cela ne change pas sa valeur nutritive. Un biscuit biologique pourrait très bien avoir le même nombre de glucides et parfois plus qu’un biscuit non-biologique.
  • Naturel: Le terme «naturel» est très vague et peu encadré par Santé Canada. Cela signifie qu’à un moment de la préparation de l’aliment, un ou des composants naturels ont été utilisés. Presque tous les aliments peuvent être considérés comme naturels et cela n’est aucunement un gage de bonne valeur nutritive.
  • Réduit en sel et/ou en gras: Cette indication peut être très pratique si vous avez reçu une recommandation de votre équipe de soins de réduire votre quantité de sel ou de gras. Par contre, en comparant un produit régulier par rapport à celui réduit en sel/gras, on pourrait observer que celui réduit en sel/gras contient PLUS de glucides que le régulier. Il faut donc bien vérifier l’étiquette nutritionnelle. 

Si vous vous sentez perdus dans toutes ces informations et avez de la difficulté à adapter votre alimentation avec le DT1, n’hésitez pas à en discuter avec un(e) nutritionniste/diététiste.

                                 
Saviez vous que nous organisons un webinaire par mois ? Ils sont gratuits et réservés aux personnes vivant (ou dont l'enfant vit avec le diabète de type 1) au Québec.
En savoir plus »

Référence

%d bloggers like this: