fbpx

Baignade et diabète de type 1: bien se préparer pour en profiter!

Piscines, lacs, rivières, mer ou encore parcs aquatiques, l’été s’en vient et avec lui d’innombrables occasions de se baigner.

Malgré le plaisir que peut procurer la baignade, envisager cette activité lorsque l’on vit, ou que son enfant vit, avec le diabète de type 1 (DT1) peut être une source de questionnement, voire d’appréhension, et demande un peu de préparation.

Quel impact la baignade peut-elle avoir sur la glycémie? Le capteur du lecteur de la glycémie en continu va-t-il décoller?  Est-il possible de se baigner avec une pompe à insuline?

Si vous vous posez ce genre de questions, vous êtes au bon endroit. 

Voici le point sur la question.

Baignade et glycémie.

L’impact de la baignade sur la glycémie va dépendre de l’activité qui est effectuée dans l’eau.

Vous (ou votre enfant) pourriez en effet profiter de la baignade pour:

  • Nager. Dans ce cas, la glycémie pourrait avoir tendance à diminuer, comme lors d’activité physique d’intensité faible à modérée. Si la nage est effectuée dans la mer, la force des vagues peut rendre l’activité plus intense et ainsi augmenter le risque de faire baisser la glycémie. En revanche, la natation en longueur avec des intervalles ou le water-polo par exemple, peuvent avoir tendance à faire monter la glycémie.  

  • Relaxer ou nager très doucement. Dans cette situation, le risque que la baignade ait un impact sur la glycémie est faible. 

Cependant, la chaleur peut également jouer un rôle et faire baisser la glycémie. Il faut donc faire preuve de prudence en cas de météo très chaude.

S’il s’agit d’une première baignade, le stress de la nouveauté (eau, vagues) peut parfois faire monter la glycémie.

Pour évaluer l’impact de la baignade sur la glycémie, le mieux reste de la mesurer régulièrement avant, pendant et après l’activité. Prévoir l’activité qui sera effectuée peut également aider à mettre en place des stratégies pour limiter l’impact sur la glycémie et éviter la survenue d’hypoglycémie. Vous trouverez de nombreux exemples de stratégies dans cet article.

Trouver la meilleure stratégie pour limiter l’impact sur la glycémie peut se faire par essais-erreurs. Tenir un journal d’activité physique dans lequel inscrire le plus d’information possible (p.ex. glycémies, doses d’insuline, type d’activité en fonction des heures) peut être un bon moyen pour évaluer les stratégies testées.  

Baignade et lecteurs de la glycémie en continu

Si vous, ou votre enfant, utilisez un lecteur de la glycémie en continu (p.ex. Dexcom, Freestyle Libre), le capteur installé sur la peau (et son émetteur si applicable) peuvent aller dans l’eau et rester en place lors de la baignade. Cependant, il est possible que le dispositif ait tendance à décoller. Pour éviter ce genre de problème, il est possible de renforcer l’adhérence en utilisant certains produits à appliquer en dessous, ou collants à appliquer au-dessus du capteur (p.ex. liste ici, pansements not just a patch). À noter qu’il n’est pas recommandé d’appliquer un pansement sur le Dexcom car cela pourrait favoriser la perte du signal.

Pour les lecteurs qui transmettent automatiquement les données (p.ex. Dexcom, Guardian) et/ou qui offrent des alertes (p.ex. Freestyle Libre 2) la communication entre le capteur et le récepteur peut parfois être entravée par l’eau, ou la distance avec le récepteur. Ce défaut de communication peut empêcher l’affichage de la glycémie et la survenue d’alertes en lien avec celle-ci.

Vous trouverez plus d’infos sur les lecteurs de la glycémie en continu dans ce tableau.

Baignade et pompe à insuline

Si vous, ou votre enfant, utilisez une pompe à insuline, l’étanchéité de cette technologie dépend de la compagnie. Vous trouverez dans ce tableau les informations données par les compagnies concernant l’étanchéité, ou non, de la pompe. 

  • Pompe avec une tubulure (p.ex. Medtronic, Tandem).

Même si les compagnies indiquent que leur pompe est étanche, il faut malgré tout tenir compte de l’état de la pompe (p.ex. âge, étanchéité des joints). Cependant l’évaluation peut être très difficile, et même si de façon générale les compagnies remplaçent la pompe facilement et rapidement en cas de problème, une situation ou la pompe ne fonctionne plus peut être extrêmement stressante. C’est pourquoi, nous considérons davantage que ces pompes sont résistantes à l’eau (p.ex. chute accidentelle dans l’eau, goutte d’eau sur la pompe). 

2 stratégies peuvent cependant être utilisées pour profiter de la baignade et conserver sa tranquillité d’esprit.

      1. Débrancher la pompe. Il s’agit de la stratégie la plus recommandée. Le cathéter reste en place, mais on retire la tubulure et la pompe (en théorie, un bouchon spécifique doit être placé au bout de la tubulure lorsque retirée pour des raisons d’hygiène). On suggère de ne pas débrancher la pompe plus de 2h et de surveiller régulièrement la glycémie (avant/pendant/après). Attention de ne pas oublier de la rebrancher une fois la baignade terminée!
      2. Utiliser une pochette étanche. Il existe des pochettes spécialement conçues pour aller dans l’eau et garder le contenu au sec. (p.ex. aquapac). Ces pochettes peuvent également être utiles pour éviter que la pompe se trouve en contact avec le sable.  
 
  • Pompe sans tubulure. Le pod (dispositif sans fil collé sur la peau qui contient l’insuline) de la pompe Omnipod est étanche et peut aller dans l’eau. Cependant, il faut faire attention que celui-ci soit bien collé. Certains produits existent pour renforcer l’adhérence sur la peau. Il existe également des «pansements» qui peuvent être appliqués par-dessus le pod (p.ex. pansement de cette liste, pansements not just a patch). Comme le pod contient l’insuline, il faut être prudent en cas de baignade dans des eaux très chaudes ou très froides (p.ex. spa) qui pourraient avoir un impact sur l’efficacité de l’insuline. Pensez à changer de pod en cas de doute.

Baignade et trousse de secours

On ne répétera jamais assez qu’être bien préparé est la clef pour faire face aux diverses situations qui peuvent survenir. 

En plus de votre lecteur de glycémie (capillaire ou en continu) et de vos stylos ou pompe à insuline, pensez à:

  • Prévoir du sucre (en cas d’hypoglycémie) et des collations.
  • Maintenir l’insuline au frais et à l’abri du soleil (surtout en cas de grosse chaleur). Il existe des étuis permettant de garder l’insuline au frais (p.ex. FRIO, Glucology). En cas de doute sur l’efficacité, changez l’insuline contenue dans le stylo ou la pompe.
  • Prévoir le matériel nécessaire pour changer le capteur du lecteur de la glycémie en continu et/ou le cathéter de la pompe (ou pod) en cas de décollement.
  • Rester hydraté. La chaleur peut favoriser la déshydratation et conduire à une augmentation de la glycémie. Il est donc important de bien penser à s’hydrater pour prévenir le risque d’acidocétose diabétique.
  • Prévoir de la crème solaire. Ce conseil de base est cependant important pour éviter les coups de soleil qui peuvent provoquer des pics de glycémie en raison du stress causé à l’organisme.

Avoir sur soi le matériel nécessaire en cas de problème en lien avec le DT1 peut être rassurant et permettre de profiter de la baignade en toute sécurité!

Abonnez-vous à notre infolettre

Webinaires, actualités en lien avec le diabète de type 1, recherches en cours et bien plus. Abonnez-vous pour ne rien manquer!

%d bloggers like this: